/news/politics

#lajoutedujour | Nouveau Conseil des ministres

«La marche est très haute pour André Fortin», selon Bernard Drainville

TVA Nouvelles

Le jeune député André Fortin hérite de lourdes responsabilités en étant nommé ministre des Transports. Il devient en quelque sorte l’une des nouvelles vedettes du nouveau Conseil des ministres de Philippe Couillard.

Voyez un extrait de l’émission «La Joute» dans la vidéo ci-dessus

«J’aurais été curieux de voir sa face quand il entend la voix du premier ministre: "mon homme, tu vas être ministre des Transports", confie Mario Dumont, collaborateur à l’émission «La Joute». «André Fortin a un bon flair politique, mais là... Faites la liste: le ministère des Transports a eu, je pense, neuf titulaires dans la dernière décennie. Bon, il y a peut-être eu Robert Poëti qui a été enlevé pour les mauvaises raisons, mais la quasi-totalité de ces neuf ministres se sont cassés les dents», relève-t-il.

Le défi sera de taille pour la recrue et député de l’Outaouais, prédit également le commentateur politique Bernard Drainville. «Je trouve que la marche est très haute pour André Fortin d’être nouveau ministre responsable des Transports, et surtout, sa ministre déléguée [Véronyque Tremblay] est aussi une nouvelle.»

Selon une rumeur «pas mal forte», des changements de dernières minutes sont intervenus, soutient le jouteur, qui décrit un possible jeu de chaises musicales. «Arcand s’en allait aux Transports et pour une raison ou une autre, ça n’a pas fonctionné. Or, est-ce qu’à un moment donné, Arcand ayant regimbé, utilisons ce mot-là, pour ne pas aller aux Transports, est-ce qu’il y a eu un échange entre lui et Moreau ? Tu t’en vas aux Ressources naturelles, je m’en vais au Trésor, et c’est comme ça que Fortin se retrouve aux Transports?

Uber

Les dossiers chauds ne manqueront pas pour le tandem de «juniors» Fortin-Tremblay. «Ils devront répondre sur les questions très complexes d’Uber, relève le chroniqueur au Journal de Québec Antoine Robitaille, invité de "La Joute". Et il y a toutes les réprimandes du Vérificateur général au sujet du ministère des Transports, les extras versés au privé et le Code de la sécurité routière, qu’on nous annonce depuis quatre ans.»

Advenant qu’il puisse régler le dossier Uber, le nouveau ministre pourrait non seulement rajeunir l’image de l’équipe libérale, mais aussi créer une impression très favorable auprès des jeunes libéraux, souligne Mario Dumont. «Ça, ça pourrait marquer un changement de ton, d’allure, un changement générationnel avec un symbole fort», poursuit-il.

Parmi les autres nouveaux venus au cabinet qui pourraient être perçus comme des vedettes en émergence, on retrouve Isabelle Melançon à l’Environnement, de même que Marie Montpetit à la Culture.

Des perdants

Mais il y a quelques perdants: Rita de Santis en fait partie, même si ce n’est «exactement une surprise», note l’animateur de «La Joute» Paul Larocque. Même si elle s’est vu retirer la responsabilité du ministère de l'Accès à l’information et de la Réforme des institutions démocratiques, la députée de Bourassa-Sauvé s’est rendue au Salon rouge pour assister à la cérémonie.

«Juste avant qu’elle arrive là, elle avait réuni son équipe pour les remercier du travail réalisé ensemble, c’est très émouvant ces moments-là, insiste Bernard Drainville, qui rend hommage à Mme de Santis pour avoir ensuite été rejoindre ses collègues. C’est un peu humiliant, elle a été la seule à se faire sortir du Conseil.»

«Comme responsable, elle n’était pas la bonne personne», soutient Antoine Robitaille.

Mario Dumont blâme plutôt Philippe Couillard qui n’a pas pris selon lui les grands moyens afin d’envoyer un message clair aux Québécois et de «montrer un virage». «Oui, il faut en nommer des nouveaux, mais c’est triste à dire, il faut aussi que tu en dégommes qui ont commis des erreurs, dit-il. J’aime bien Laurent Lessard comme individu, mais si Jean Charest avait été premier ministre aujourd’hui, Laurent Lessard serait out.»

Quant aux principaux acteurs du Conseil des ministres, tels Gaétan Barrette et Carlos Leitao, ils ont pour la plupart conservé les mêmes responsabilités au sein de l’état-major du gouvernement Couillard. Bien qu’il demeure titulaire de l’Éducation, Sébastien Proulx perd toutefois le ministère de la Famille.

Dans la même catégorie