/finance/homepage

Mouvement Desjardins

«La ristourne est là pour rester et même augmenter»

TVA Nouvelles

Guy Cormier est président et chef de la direction du Mouvement Desjardins depuis avril 2016, mais depuis un peu plus longtemps, plusieurs personnes parmi les épargnants, disent que Desjardins est maintenant davantage une banque qu’un mouvement coopératif. On cite la ristourne, de moins en moins intéressante. Qu’est ce que vous dites à ces gens?

«Essentiellement mon message est clair», dit le président, «la ristourne elle est là pour rester, et s’il n’en tient qu’à moi, elle est là pour augmenter. Plus le Mouvement Desjardins va être prospère, plus les gens vont faire affaire avec le Mouvement Desjardins, avec leur coopérative, plus on va être en mesure de retourner des dividendes à la communauté. Ça se fera directement aux gens dans leurs poches, et parfois ça peut représenter un paiement hypothécaire mensuel, ou ça va être à la communauté. Il y a parfois des gens qui nous disent, par exemple, de contribuer au terrain de soccer dans leur milieu, ou à un organisme de bienfaisance. En lien avec l’augmentation de notre rentabilité, on souhaite augmenter nos ristournes, au cours des prochaines années.»

Vous allez bientôt occuper la tour du stade olympique...les travaux sont retardés?

Guy Cormier explique. «Les travaux sont présentement en cours. On vise toujours emménager au premier trimestre 2018. Pour nous, au-delà d’être locataire de cet espace, ça dynamise ce milieu-là.»

Comment expliquer que Desjardins ait besoin de personnel supplémentaire alors que tout se fait maintenant par le numérique, par internet?

Sur ce point, monsieur Cormier explique que «Desjardins est en croissance. Ce n’est pas une entreprise qui ne fait que du prêt ou du financement. Aujourd’hui Desjardins, c’est aussi une importante compagnie d’assurances.

On peut en être extrêmement fiers. Nous sommes la troisième compagnie d’assurances en importance, au Canada. Le Québec exporte son savoir-faire en la matière. Et quand on prend de l’ampleur au Canada, on crée des emplois ici au Québec.»

Que faites-vous en régions, où les gens ont l’impression d’avoir moins de services?

Chez Desjardins, nous rappelle Guy Cormier, cet élément a toujours été un point sensible.«On s’adapte aux besoins de la société. Il y a au Québec de nombreuses régions où les besoins économiques changent. On va où les gens vont.

Mais encore là, 30% de nos points de services sont implantés dans des villages de moins de 2 000 citoyens. Il n’y a pas une autre institution financière qui fait ça.»

En terminant, M. Cormier est revenu sur la toute nouvelle création d’un important fonds de développement. «On est extrêmement fiers de s’associer avec la Caisse de dépôt, à hauteur de 50 millions $ conjointement, pour contribuer au développement de jeunes entreprises en nouvelles technologies.

L’autre point concerne les géants qui investissent ici actuellement. Ils doivent contribuer au développement de notre expertise et de nos travailleurs.

Le Québec attire les étrangers, soyons en fiers.»

 

 

Dans la même catégorie