/finance/homepage

Conflit avec Boeing

Les travailleurs de l’aéronautique s’unissent pour Bombardier

Maxime Landry | TVA Nouvelles

La guerre que livre Boeing envers la CSeries n’inquiète pas seulement les employés de Bombardier. Des milliers d’autres employés du secteur aéronautique québécois craignent les répercussions et montent à leur tour aux barricades.

Des représentants syndicaux de chez Pratt&Whitney, Heroux Devtek et CAE entre autres, se sont réunis mercredi après-midi à Longueuil.

«On fait un caucus des principaux joueurs sous-traitants de Bombardier. À compter de lundi, on se prépare à une semaine de lobby à Ottawa. On veut que le gouvernement fédéral se tienne debout», explique le directeur adjoint de Unifor Québec, Serge Dupont.

«Le secteur aéronautique, c’est 40 000 jobs au Québec. C’est à nous prendre à prendre le taureau par les cornes. Et c’est pour ça qu’on veut influencer nos députés de la région. Là ou on est déçu royalement, c’est qu’on n’entend pas le maire de Montréal», ajoute M. Dupont.

Selon lui, si Boeing en vient qu’à remporter sa bataille contre la CSeries de Bombardier, «on va en voir en masse, des pancartes à vendre dans la région».

Les représentants du syndicat Unifor souhaitent que le gouvernement fédéral maintienne la ligne dure envers le géant américain.

«Les F18 Hornet, il ne faut pas que le gouvernement les achète, ces avions-là. C’est ça qui va maintenir la pression sur Boeing», estime Serge Dupont.

Appui de Delta

Par ailleurs, Bombardier a reçu un appui de taille en provenance des États-Unis.

Le grand patron de Delta, Ed Bastian, a vanté la CSeries dans une entrevue à la chaine financière américaine CNBC à l’occasion du dévoilement des résultats financiers du transporteur.

«La CSeries, c’est d’abord et avant tout une innovation» a d’abord lancé Bastian, avant d’ajouter que Boeing n’avait «aucun produit comparable».

« Ce programme) va aussi créer 20 000 emplois aux États-Unis», a-t-il rappelé.

Ed Bastian a cependant refusé de dire le prix exact payé par Delta pour l’achat des 75 appareils CS100 de Bombardier.

Dans la même catégorie