/news/law

Procès de la tragédie de Lac-Mégantic

Une quinzaine de tests chaque mois confirme la MMA

Jean-Francois Desbiens | TVA Nouvelles

L'ancien adjoint au directeur du transport de la Montreal Maine et Atlantic Railway, Michael Horan, a poursuivi son témoignage en cette sixième journée de procès des trois ex-employés de la MMA accusés de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes à Lac-Mégantic.

À l'époque, de plus en plus de trains étaient opérés par un seul mécanicien de locomotive selon le témoin; ce qui était d'ailleurs le cas de Thomas Harding en juillet 2013.

M. Horan avait une quinzaine de tests sur l'application des mesures de sécurité à faire passer chaque mois aux employés dont il avait la supervision.

Les manquements étaient signalés en personne à l'employé et un signalement aussitôt fait au bureau chef dans le Maine.

En ce qui concerne la manière sécuritaire d'immobiliser un train, dans le livre sur les règlements de sécurité de la compagnie, on y mentionne «Qu'il est déconseillé de se fier au système de freins à air sur les locomotives pour prévenir un mouvement indésirable».

La seule façon de sécuriser un train selon le témoin, c'est d'appliquer un nombre suffisant de freins à main et d'effectuer les tests d'efforts de freinage pour vérifier sa résistance au mouvement.

À savoir combien de freins à main minimalement doivent être appliqués, le conducteur doit toujours se référer au bulletin d'instructions spéciales de la compagnie.

Des freins additionnels pourraient être nécessaires, selon des facteurs comme la déclinaison de la voie ferrée, la longueur du convoi et si les wagons sont vides ou pleins.

Cela dit, le procureur de la poursuite n'a pas demandé au témoin Michael Horan combien de freins à main Thomas Harding aurait dû appliquer avant de laisser le convoi sans surveillance sur la voie de circulation à Nantes en fin de soirée, le 5 juillet 2013.

En fin de journée, l'avocat de Thomas Harding a commencé à contre-interroger le témoin, contre-interrogatoire qui se poursuivra demain par Me Thomas Walsh mais aussi les avocats des deux autres accusés, Jean Demaître et Richard Labrie.

Dans la même catégorie