/news/techno

Tests autorisés

Voitures autonomes et sans assistant humain bientôt en Californie

Agence France-Presse

Les autorités californiennes ont dévoilé mercredi une nouvelle réglementation qui autorisera les tests de voitures autonomes sur les routes de l'État sans exiger de conducteur à bord.

Cette nouvelle réglementation, qui pourrait entrer en vigueur en 2018, éliminerait l'actuelle disposition qui exige dans toute voiture autonome un «contrôle physique par une personne physique assise sur le siège conducteur du véhicule». La nouvelle réglementation stipule uniquement qu'il est nécessaire de «superviser la technologie autonome» de toute voiture sans chauffeur.

Le Département des véhicules à moteur (DMV) de Californie a assuré dans un communiqué que ce changement visait à supprimer une exigence qui «pourrait limiter inutilement le développement de la technologie», offrant la possibilité de surveiller le véhicule à distance.

Un nombre de plus en plus important d'entreprises technologiques et de constructeurs automobiles teste des véhicules autonomes, encouragé par les nouvelles directives du gouvernement américain visant à propulser cette technologie censée améliorant la sécurité routière.

Plusieurs entreprises testent déjà des voitures autonomes et certaines promettent une commercialisation dans trois ans.

«Nous sommes ravis de franchir une nouvelle étape dans le développement de cette technologie», s'est félicité le secrétaire aux Transports de Californie Brian Kelly dans un communiqué.

La directrice du DMV de l'État, Jean Shiomoto, a précisé que 42 entreprises disposaient de permis les autorisant à tester des voitures autonomes en Californie. Le DMV «se réjouit de voir ces entreprises et d'autres faire progresser la technologie en vertu de cette nouvelle réglementation», a-t-elle souligné.

Mais John Simpson, directeur de l'association de défense des consommateurs Consumer Watchdog, a regretté cette réglementation à venir. Elle va permettre aux entreprises de technologies et aux constructeurs de «faire ce qu'ils veulent», a-t-il estimé. «Ils utilisent nos routes comme des laboratoires privés et menacent la sécurité routière», a-t-il regretté.

Le DMV a assuré pourtant que tout véhicule autonome devait répondre aux normes de sécurité fédérales. Mais M. Simpson a estimé qu'en l'absence de réglementation fédérale stricte s'appliquant spécifiquement aux voitures autonomes, «il est impératif que la Californie continue à nous protéger».

Mi-septembre, l'administration de Donald Trump a publié une nouvelle réglementation sur les voitures autonomes autorisant plus de tests sur les routes, estimant que cette technologie pouvait réduire les accidents.