/finance/homepage

Construction résidentielle

La partie patronale reproche au syndicat de saboter les négociations

Agence QMI

POL-CONTRUCTION-LOI

GUY MARTEL/AGENCE QMI

L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) reproche au syndicat qui défend ses employés d’avoir refusé de signer une contre-offre qu’il a lui-même formulée.

«Quand l’Alliance syndicale est rendue à refuser de signer sa propre offre, nous n’avons d’autres choix que de conclure qu’elle ne souhaite aucunement régler», a indiqué François-William Simard, vice-président de l’APCHQ.

Selon la partie patronale, il n’y a «plus de raisons» de poursuivre les négociations avec l’Alliance syndicale. L’APCHQ considère désormais être «dans l’obligation» de demander au gouvernement du Québec de mettre fin à la médiation pour procéder à l’arbitrage.

«Il serait très malheureux d’en arriver là, d’autant plus que nous avons accepté la dernière contre-offre des représentants syndicaux qui consentait des augmentations salariales avantageuses pour les travailleurs», a indiqué M. Simard.

L’Alliance syndicale n’était pas en mesure, jeudi matin, de dire si elle avait bel et bien refusé de signer l’offre qu’elle avait elle-même formulée. Le comité central de l’Alliance syndicale devait se rencontrer vendredi matin pour discuter des plus récents développements dans les négociations.

Dans la même catégorie