/finance/homepage

Toronto recule également

Wall Street, freinée par les banques, termine en baisse

Agence France-Presse

La Bourse de New York a terminé dans le rouge jeudi, freinée dans sa course aux records par le repli de JPMorgan Chase et Citigroup, les premières grandes entreprises à dévoiler leurs résultats: le Dow Jones a cédé 0,15% et le Nasdaq 0,18%.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a perdu 31,88 points à 22 841,01 points et le Nasdaq, à forte coloration technologique, 12,04 points à 6591,51 points.

L'indice élargi S&P 500 a perdu 0,17%, ou 4,31 points, à 2550,93 points.

Les trois indices avaient clôturé mercredi à des niveaux jamais atteints auparavant.

Jeudi, ils ont oscillé autour de l'équilibre avant de se replier en fin de journée.

Au Canada, l’indice S&P TSX de la Bourse de Toronto s’est également replié de 58,2 points pour terminer à 15 742,2 points.

La séance a été marquée par les publications trimestrielles des géants bancaires JPMorgan Chase et Citigroup, qui ont tous deux fait part de bénéfices supérieurs aux attentes.

Leurs titres ont malgré tout reculé respectivement de 0,88% et de 3,43%.

«Leurs résultats sont très bons en dehors de la baisse des revenus du courtage, et c'est sur ce point que semblent se concentrer les investisseurs», a relevé Karl Haeling de LBBW.

Cette réaction est, selon lui, une source d'inquiétudes.

Aux niveaux de valorisation actuels, «le marché est vulnérable à toute surprise négative ou à tout mouvement correspondant à l'adage "On achète la rumeur, on vend la nouvelle"», a-t-il expliqué.

Le fait que «le marché s'est focalisé sur le seul élément un peu décevant» des rapports des banques «est-il un signe précurseur de ce qui va se passer pour l'ensemble des entreprises pendant la saison des résultats? Je ne sais pas mais c'est à surveiller.»

Pour Peter Cardillo de First Standard Finanial, les chiffres de JPMorgan Chase et Citigroup sont de bon augure pour la suite des publications trimestrielles. La réaction des marchés est surtout selon lui le signe que «la volatilité pourrait être importante», avec notamment des investisseurs réagissant à «des attentes pouvant varier».

Le repli de l'opérateur de téléphonie mobile AT&T (-6,10%) a aussi pesé sur les indices. Le groupe a prévenu que le nombre d'abonnés à son offre vidéo devrait reculer au troisième trimestre.

Dans la même catégorie