/news/world

Inquiétudes des autres pays signataires

Trump veut durcir l'accord nucélaire iranien sans en sortir

Agence France-Presse

Donald Trump a menacé vendredi de mettre fin «à tout moment» à l'accord international qui vise à empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique, provoquant l'inquiétude des autres pays signataires et ouvrant une période de grande incertitude.

S'il a prononcé un réquisitoire enflammé contre ce texte emblématique, «le pire» jamais négocié par les États-Unis, le président américain a assuré que son pays ne s'en retirerait pas pour l'instant.

Mais dans une allocution extrêmement virulente à l'encontre du régime iranien qualifié de «dictatorial», il a précisé qu'il ne «certifierait» pas le fait que Téhéran respecte ses engagements, en dépit des assurances en ce sens de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) -- dont le patron Yukiya Amano a aussitôt réaffirmé que l'Iran faisait l'objet «du régime de vérification nucléaire le plus solide au monde».

Le discours de Donald Trump a provoqué une forte réaction de Téhéran. Les États-Unis sont «plus seuls que jamais contre le peuple iranien», a lancé le président iranien Hassan Rohani.

Moscou a immédiatement dénoncé la stratégie de l'occupant de la Maison-Blanche, très isolé sur ce dossier. La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a mis en garde contre la tentation de «démanteler un accord qui fonctionne et tient ses promesses».

Dans un communiqué diplomatique, mais ferme, la première ministre britannique Theresa May, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron ont souligné qu'ils restaient «engagés» dans l'accord, aboutissement de «13 années de diplomatie», appelant à sa «pleine application par toutes les parties».

Et Emmanuel Macron est allé jusqu'à s'entretenir avec Hassan Rohani au téléphone, pour lui redire «l'attachement de la France» à l'accord de 2015 et «envisager» de se rendre personnellement à Téhéran.

Le chef de la diplomatie américaine Rex Tillerson s'est néanmoins voulu rassurant. «Je m'attends à ce que nos alliés et amis en Europe et dans la région soutiennent fermement nos efforts pour faire face aux menaces iraniennes», a-t-il dit.

«Quel est le sens d'un accord qui ne fait que retarder la capacité nucléaire» de l'Iran «pour une courte période ?», s'est interrogé Donald Trump, soulignant que son administration souhaitait en particulier supprimer les échéances en vertu desquelles certaines restrictions au programme nucléaire pourraient être levées progressivement après 2025.

Il a également annoncé de nouvelles sanctions contre les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne, accusés d'avoir «détourné de vastes parts de l'économie» pour «financer la guerre et le terrorisme à l'étranger».

À contre-courant des signataires de l'accord, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a félicité le milliardaire républicain pour sa «décision courageuse». L'Arabie saoudite, monarchie sunnite du Golfe qui redoute la montée en puissance de son grand rival chiite, a salué la «stratégie ferme» de M. Trump.

Cette «non-certification» place le Congrès américain en première ligne.

La majorité républicaine ne semblait pas prête à réimposer des sanctions et donc à endosser la responsabilité de saborder cet accord soutenu par les autres grandes puissances mondiales.

Une solution, concoctée par deux sénateurs républicains en coordination étroite avec le gouvernement, consisterait à voter une loi créant un nouveau seuil pour déclencher des sanctions contre l'Iran à l'avenir. Une sorte de mise à jour, unilatérale, du «JCPOA» (acronyme anglais de l'accord).

Les élus espèrent aussi rendre permanentes les limites imposées sur le développement nucléaire iranien.

«Nous proposons une voie qui comblera les lacunes de l'accord nucléaire tout en maintenant l'administration dans l'accord», a expliqué Bob Corker, président de la commission des Affaires étrangères du Sénat.

Mais rien n'indique que Téhéran acceptera de nouvelles contraintes sans broncher.

«Tout ce qui va dans le sens de nouvelles conditions» ajoutées à l'accord sera considéré «comme une violation unilatérale de l'accord lui-même», a mis en garde vendredi Wendy Sherman, principale négociatrice américaine du texte sous l'ère Obama.

Si Téhéran et Washington ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980, au lendemain de la révolution islamique de 1979, la fin de l'administration de Barack Obama avait marqué le début d'une évolution. Le président démocrate avait jugé que l'accord donnait «une chance d'aller dans une nouvelle direction».

Mais depuis son installation à la Maison-Blanche en janvier, Donald Trump a donné un net coup de barre. Il n'a eu de cesse de durcir encore le ton face à Téhéran.

Et il est déterminé à gommer une distinction faite par son prédécesseur: négocier sur le nucléaire d'un côté, dénoncer les activités «déstabilisatrices» de l'autre (en Syrie, au Liban ou encore au Yémen).

Cette annonce s'ajoute à la longue liste des accords que les États-Unis ont quitté --ou menacé de quitter-- ces derniers mois: partenariat transpacifique (TPP), accord de Paris sur le climat, accord de libre-échange nord-américain (Aléna). Et, depuis jeudi, l'organisation onusienne Unesco.

«La politique étrangère de Trump a trouvé un thème: la doctrine du retrait», estimait cette semaine Richard Haass, président du centre de recherche Council on Foreign Relations (CFR).