/news/culture

Symptôme de troubles de la personnalité

L'affaire Weinstein relance le débat sur la dépendance sexuelle

Agence France-Presse 

70th annual Cannes Film Festival - 70th Anniversary Gala Dinner - Arrivals

Dave Bedrosian/Future Image/WENN.com

Les accusations de harcèlement et de viol à l'encontre du producteur américain Harvey Weinstein relancent le débat sur la réalité médicale de la dépendance sexuelle, que nombre de psychologues voient surtout comme un symptôme de troubles de la personnalité ou une excuse pour justifier ces agissements.

«On ne peut pas diagnostiquer une dépendance sexuelle, car il n'existe pas suffisamment de données cliniques indiquant qu'il s'agit d'un trouble mental», explique à l'AFP la psychologue Holly Richmond, une thérapeute sexuelle basée à Los Angeles.

L'American Psychiatric Association a débattu de cette question en 2013 et a décidé de ne pas inclure la dépendance sexuelle dans son manuel de référence pour établir des diagnostics, ajoute-t-elle.

En revanche, poursuit la psychologue, on parle d'impulsivité sexuelle ou de consommation excessive de pornographie sans lien avec des comportements agressifs pour obtenir des faveurs sexuelles.

«C'est un problème de comportement, pas de sexe en tant que tel», insiste Holly Richmond qui doute de l'efficacité des traitements contre la dépendance sexuelle offerts par des centaines de cliniques aux États-Unis. Selon des estimations, les coûts varient de 10 000 à 30 000 dollars par mois.

«Si on a une accoutumance à la drogue, il faut un traitement pour aider à la supprimer, mais on ne peut pas être physiologiquement dépendant de la pornographie, car il n'y a pas de symptôme de manque si on cesse de regarder ces images», explique la psychologue, critiquant le fait que ces cliniques adoptent cette approche pour traiter leurs patients.

Pour le psychologue David Ley, auteur du livre «Le mythe de la dépendance sexuelle», il n'existe aucune indication de l'efficacité de ces cliniques.

«Depuis quarante ans, il n'y a pas eu une seule étude clinique publiée montrant que ces traitements de la dépendance sexuelle ont un effet positif ou aident réellement les personnes à modifier leur comportement sexuel», dit-il à l'AFP.

Une étude européenne portant sur des patients dans des programmes de traitement pour dépendance sexuelle, publiée il y a un an, a déterminé que 90% d'entre eux souffraient d'un trouble mental sérieux, pointe le psychologue.

«Ces comportements sexuels ne sont qu'un symptôme» pas la cause, insiste-t-il.

Si on va chez le médecin pour un rhume, il ne va pas diagnostiquer un trouble de l'éternuement, mais va rechercher la cause, qui peut être virale, bactérienne ou une allergie, explique le thérapeute.

Ainsi «le sexe n'est que la partie visible de l'iceberg et il faut regarder les problèmes de la personne dans son ensemble.»

«Harvey Weinstein a eu des comportements agressifs sexuellement, mais je vous garantis que dans d'autres moments de son existence il a aussi agi de manière très déplaisante, insultante et rude, bref une attitude de domination qui n'a rien à voir avec le sexe, mais avec sa personnalité», poursuit-il.

«La dépendance sexuelle est un concept qui a été utilisé depuis longtemps pour justifier des comportements sexuels irresponsables d'hommes riches, puissants et égoïstes», résume David Ley, qui établit un parallèle entre Harvey Weinstein et, entre autres, Donald Trump.

Le président américain avait été au centre d'un scandale pendant la campagne présidentielle après la publication d'une vidéo le montrant en train de tenir des propos obscènes pour décrire des femmes.

Ces comportements sont «un reflet de la société qui les tolère et peut même encourager des hommes puissants et riches à faire subir des choses aux femmes pour lesquelles il n'y aura pas de conséquences pour eux», estime le psychologue.

«Il est temps de commencer à parler de responsabilité de l'individu», insiste-t-il.

Moins sévère dans son analyse, le psychanalyste Michael Bader, de San Francisco, voit chez quelqu'un comme Harvey Weinstein, 65 ans, un homme utilisant son pouvoir pour obtenir des faveurs sexuelles des femmes «afin de se rassurer et de se sentir désirable et viril».

Selon lui, «cette attitude pourrait être un antidote au sentiment d'isolement».

Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow, Rose McGowan, Léa Seydoux, Judith Godrèche, Ashley Judd, Rosanna Arquette, parmi beaucoup d'autres, ont brisé l'omerta du comportement d'Harvey Weinstein, révélé le 5 octobre dans un article du New York Times qui a déclenché un torrent de révélations à Hollywood.

Dans la même catégorie