/regional/estduquebec/cotenord

Si elle veut se doter d'un chalet

La station Gallix doit amasser 250 000 $ d’ici six semaines

Alexandre Cantin | TVA Nouvelles

La station récréotouristique Gallix, qui offre des activités de sports de glisse et des sentiers de marche et de motoneige à Sept-Îles, doit parvenir à trouver 250 000 $ d’ici six semaines si elle veut pouvoir se doter d’un nouveau chalet.

Trop petit et mal adapté, le chalet de la station Gallix n’a plus rien d’attrayant.

Un projet de construction d’un nouveau bâtiment au coût de 3 millions $ a été élaboré au cours des dernières années.

«Ce qui nous reste à compléter, c’est notre mise de fonds, a expliqué la présidente du conseil d'administration de la station, Ghislaine Langelier. Il manque une somme de 200 000 à 250 000 $.»

Or, le temps presse pour la station qui doit remplir des engagements avant la fin novembre. Sinon, elle pourrait devoir mettre une croix sur une subvention de près de 1,5 million $ annoncée par le gouvernement du Québec en mars 2016.

«L’objectif est réalisable, mais il faut maintenant bouger le plus rapidement possible, a précisé Ghislaine Langelier. Sinon, on perd notre subvention et on va perdre le projet. Fin novembre, il faut qu’on présente nos documents au ministère pour confirmer notre subvention, aller en appels d’offres et commencer notre construction ce printemps.»

Les utilisateurs de la station et les gens d’affaires seront sollicités au cours des prochaines semaines pour boucler le financement du projet, aussi soutenu par le milieu municipal et l’association touristique régionale. Des séances d’information publiques se tiendront les 23 et 25 octobre à Port-Cartier et à Sept-Îles afin d’expliquer à la population l’importance de ce projet pour la survie de la station.

«On ne peut pas faire aucune rénovation, agrandissement ou réparation sur ce chalet. Il ne répond plus aux normes», a mentionné Ghislaine Langelier.

En attendant le nouveau chalet, la direction de la station s'assurera de la satisfaction de la clientèle pour la prochaine saison. «On a surtout concentré nos efforts sur notre machinerie pour que les pistes soient belles, pour que le remonte-pente roule bien, a expliqué le nouveau directeur de la station, Alexandre Verret. On a deux pompes neuves pour avoir un enneigement plus efficace. On veut créer une meilleure expérience pour le client.»

Des problèmes de nature électrique sur le remonte-pente avaient perturbé pas moins de 10 journées de glisse l’an dernier. La station affirme avoir pris toutes les mesures nécessaires pour éviter les pannes lors de la prochaine saison.

Dans la même catégorie