/finance/homepage

Allégations d'inconduite sexuelle

Gilbert Rozon démissionne de ses fonctions

Agence QMI

Le président du Groupe Juste pour Rire et commissaire aux célébrations du 375e anniversaire de Montréal, Gilbert Rozon, a annoncé sa démission de ses fonctions dans ces différents organismes, mercredi soir, dans la foulée d’allégations de harcèlement sexuel.

L’homme d’affaires a fait cette annonce sur sa page Facebook.

Il quitte aussi ses fonctions de vice-président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

«Ébranlé par les allégations me concernant, je souhaite consacrer tout mon temps à faire le point, a écrit le grand patron de Juste pour Rire sur sa page Facebook. À toutes celles et ceux que j’ai pu offenser au cours de ma vie, j’en suis sincèrement désolé»

«Je me retire par respect pour les employés et les familles qui travaillent pour ces organisations ainsi que tous nos partenaires. Je ne veux surtout pas leur porter ombrage», a-t-il ajouté.

Peu de commentaires

Les différents organismes où travaillait Gilbert Rozon se sont faits avares de commentaires, mercredi soir. «Pour l'instant, on s'en tient à la déclaration de M. Rozon et on verra la suite des choses», a notamment indiqué le responsable des communications de Juste pour rire, Jean David Pelletier, en entrevue à TVA Nouvelles.

De leur côté, la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal et la CCMM ont toutes deux indiqué dans des communiqués distincts prendre acte de la démission de M. Rozon et affirmé qu’elles ne souhaitent pas commenter.

Mardi, une présumée victime de M. Rozon, Marlène Bolduc, avait fait état de propos déplacés qu’aurait tenus l’homme d’affaires à son égard.

L’homme derrière le festival Juste pour Rire avait déjà plaidé coupable, en 1998, à une accusation d'agression sexuelle à l’endroit d’une jeune femme.

Ce retrait de la vie publique survient alors que l’animateur Éric Salvail a fait de même en début de journée mercredi, dans la foulée de la publication d’un reportage de LaPresse+ faisant état d’allégations d’inconduite sexuelle à son endroit. Ses émissions ont ensuite été retirées des ondes, tandis que plusieurs entreprises ont annoncé qu'elles suspendaient leur partenariat avec Éric Salvail.