/news/law

Plainte d'agression sexuelle

Le SPVM ouvre une enquête contre Gilbert Rozon

Agence QMI

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a ouvert une enquête à la suite d’une plainte d’agression sexuelle déposée mercredi après-midi contre Gilbert Rozon, a appris TVA Nouvelles.

La plaignante fait partie du groupe de femmes qui s’est réuni mardi, à Montréal, pour parler d'une variété de gestes déplacés dont elles auraient été victimes de la part de Rozon.

 

Rozon démissionne

En soirée mercredi, Rozon a annoncé qu'il démissionnait de ses fonctions de président du Groupe Juste pour Rire et de commissaire aux célébrations du 375e anniversaire.

 

Il quitte aussi ses fonctions de vice-président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

«Ébranlé par les allégations me concernant, je souhaite consacrer tout mon temps à faire le point, a écrit le grand patron de Juste pour rire sur sa page Facebook. À toutes celles et ceux que j’ai pu offenser au cours de ma vie, j’en suis sincèrement désolé».

Dans un message texte envoyé à TVA Nouvelles mercredi soir, Gilbert Rozon a dit ceci à propos des événements de la journée: «Aucune réaction. Je ne sais même pas ce qui se passe.»

Neuf femmes

Par ailleurs, neuf femmes ont affirmé, dans des entrevues accordées au quotidien «Le Devoir», qu’elles ont été agressées sexuellement ou qu’elles ont subi du harcèlement de la part du fondateur du festival Juste pour rire Gilbert Rozon.

Parmi elles, on retrouve l’animatrice Pénélope McQuade, les comédiennes Salomé Corbo et Sophie Moreau, la réalisatrice Lyne Charlebois, la recherchiste Anne-Marie Charrette, l’entrepreneure Geneviève Allard et Marlène Bolduc. Deux autres femmes ont aussi témoigné sous le couvert de l’anonymat.

Les actes reprochés à Rozon se seraient produits sur une période de trois décennies.

Stagiaire

Par ailleurs, dans la foulée des révélations concernant Éric Salvail, une femme qui a été stagiaire pour Juste pour rire en 2010 a raconté à TVA Nouvelles avoir rencontré Gilbert Rozon au moment de son embauche. Elle n’avait pas de lien direct avec lui dans le cadre de son travail.

Elle a été victime de deux incidents. Il lui a claqué une fesse dans une zone VIP au Charlot pour la féliciter. Elle avait 20 ans à ce moment-là.

 

Gilbert Rozon était une idole à ses yeux même si elle ressentait un malaise à ce moment-là.

Lors de l’autre incident, un matin au travail, il l’a regardé de haut en bas et lui a dit: «t’as des beaux seins dans cette robe-là».

Elle n’avait pas porté plainte.

Peu de commentaires

Les différents organismes où travaillait Gilbert Rozon se sont faits avares de commentaires, mercredi soir. «Pour l'instant, on s'en tient à la déclaration de M. Rozon et on verra la suite des choses», a notamment indiqué le responsable des communications de Juste pour rire, Jean David Pelletier, en entrevue à TVA Nouvelles.

De leur côté, la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal et la CCMM ont toutes deux indiqué dans des communiqués distincts prendre acte de la démission de M. Rozon et affirmé qu’elles ne souhaitent pas commenter.

L’homme derrière le festival Juste pour rire avait déjà plaidé coupable, en 1998, à une accusation d'agression sexuelle à l’endroit d’une jeune femme.

Ce retrait de la vie publique survient alors que l’animateur Éric Salvail a fait de même en début de journée mercredi, après de la publication d’un reportage de LaPresse+ faisant état d’allégations d’inconduite sexuelle à son endroit. Ses émissions ont ensuite été retirées des ondes, tandis que plusieurs entreprises ont annoncé qu'elles suspendaient leur partenariat avec Éric Salvail.

Dans la même catégorie