/regional/quebec/quebec

Loi adoptée à l'Assemblée nationale

Labeaume et Gosselin s’opposent sur la neutralité religieuse

Stéphanie Martin | Agence QMI

DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

Régis Labeaume et Jean-François Gosselin adoptent des positions opposées sur l’application de la loi 62 sur la neutralité religieuse.

Samedi, en marge du match du Rouge et Or, les deux candidats à la mairie ont été questionnés sur la sortie du maire de Montréal, selon qui la loi ne sera pas appliquée dans sa ville.

Jean-François Gosselin a affirmé qu’il ferait la même chose. «J’abonde dans le même sens que lui. Parce que je ne vois pas comment ça pourrait s’appliquer. C’est tellement flou.»

Il donne l’exemple d’une personne qui aurait le visage masqué par un foulard et qui voudrait prendre l’autobus. «On va faire quoi, l’hiver, à -40 ?»

M. Gosselin, à moins que ce ne soit pour des raisons de sécurité, n’a «pas de problème» avec le fait qu’une personne ait le visage masqué pour recevoir un service. « C’est la liberté de chacun. »

«On va se soumettre»

Régis Labeaume croit pour sa part que les services doivent être reçus à visage découvert. «On va le faire. On va se soumettre. C’est une question d’organisation. On va regarder ça avec tout le monde.»

Le maire sortant soutient que l’application soulève par contre beaucoup de questions. «On sait fort bien que ça va être compliqué dans l’application. Ça fait penser au cannabis. Les gouvernements font des lois et c’est toujours nous autres qui ramassons les problèmes. Je me demande comment on va refuser quelqu’un qui porte la burqa dans l’autobus. Un chauffeur d’autobus, ce n’est pas un policier. C’est sûr que ça va être extrêmement compliqué.»

La chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, estime que la loi est un pas dans la bonne direction, mais elle a des réserves quant à son application.

Débat

Par ailleurs, les candidats se préparent pour le prochain débat, qui aura lieu mardi.

«Tout est fait. Il n’y aura pas de questions interplanétaires là. On connaît nos dossiers», a dit M. Labeaume. M. Gosselin a l’intention de talonner le maire sortant sur son projet de SRB.

«Je veux qu’il me parle de son projet. On a beaucoup de questions là-dessus.»