/news/politics

Plusieurs critiques

La loi sur la neutralité religieuse est «une bonne loi», assure Couillard

Pascal Dugas Bourdon

 - Agence QMI

Malgré certains enjeux d’application, le premier ministre Philippe Couillard assure que la loi sur la neutralité religieuse de l’État est une «bonne loi».

C’est ce qu’il a indiqué, lundi, se disant certain de pouvoir rassurer les Québécois sur la question.

La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, a d’ailleurs l’intention de rencontrer la presse, mardi, afin de mettre au clair les règles d’application de cette loi, qui est loin de faire l’unanimité. Elle souhaite expliquer l’applicabilité de la mesure qui oblige les Québécois à offrir et à recevoir les services publics à visage découvert.

Cet engagement n’a pas semblé rassurer le maire de Montréal, Denis Coderre, formellement opposé à la pièce législative.

«Ça va prendre plus que de la clarification [...]. Par rapport à l’application de cette loi, il y a un problème», a-t-il indiqué.

Il a également dit qu’il ne s’agit pas «d’une question d’identité» puisqu’«aucune femme ne porte le niqab à Montréal».

Malgré les critiques, la ministre des Relations internationales ne croit pas que la réputation du Québec à l’étranger soit pour autant entachée.

«Nous avons décidé depuis un certain nombre d’années que nous allions procéder pour qu’il y ait cette loi. C’est une question de sécurité, d’identification et de communication», a indiqué la ministre Christine St-Pierre.

La loi sur la neutralité religieuse de l’État a soulevé un tollé dans le Canada anglais, où certains n’ont pas hésité à qualifier cette législation de raciste.

- Avec Marc-André Gagnon, Véronique Prince et Laurence Houde-Roy

Dans la même catégorie