/news/society

Prisons fédérales

Des conditions de détention inquiétantes

Guillaume St-Pierre | Agence QMI 

sakhorn38 - stock.adobe.com

Le chien de garde des détenus a dénoncé mardi dans son rapport annuel des conditions d'incarcérations toxiques qui «n'ont pas leur raison d'être ni sur le plan correctionnel ni sur celui de la réadaptation» dans les prisons fédérales.

Bien que le recours à l'isolement ait diminué, il demeure plus important que les normes internationales, note notamment l'enquêteur correctionnel Ivan Zinger.

M. Zinger a déploré globalement des conditions de détention matérielles «injustifiées».

Le traitement des femmes incarcérées dans des prisons à sécurité maximale est particulièrement préoccupant.

Plusieurs de ces délinquantes, souffrant de maladies mentales, ne devraient tout simplement pas se retrouver en prison, mais plutôt dans des centres de traitement adaptés, rappelle M. Zinger.

Le travail «dégradant» que font les détenus ainsi que la qualité et les quantités insuffisantes de nourritures offertes en prison sont aussi un problème, écrit le commissaire.

«Les taux élevés d'automutilation, de maladies mentales et de mortalité prématurée observés dans les établissements ainsi que la surreprésentation chronique des Autochtones derrière les barreaux témoignent des conséquences négatives persistantes de l'emprisonnement», a conclu M. Zinger.