/regional/montreal/laurentides

Agrotourisme

La vente de l'abbaye d'Oka officialisée dans les prochains jours

Valérie Chouinard | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

L'abbaye d'Oka sera officiellement vendue au cours des prochains jours et les acheteurs souhaitent maintenir son aspect patrimonial, dans sa nouvelle vocation de centre récréotouristique.

«Oka va devenir la destination d'agrotourisme au Québec. On a un des plus beaux secteurs en périphérie de Montréal», a lancé le président-directeur général de la firme Tridan, Alexandre Triquet. Ses partenaires et lui ont fait une offre d'achat de 5,5 millions $ afin d'acquérir le site. L'offre a été acceptée par la Corporation de l'abbaye d'Oka, qui en fait l'acquisition en 2007.

C'est un soupir de soulagement pour la municipalité qui a craint à un moment un démantèlement du vaste domaine de 265 hectares, situé tout près du lac des Deux Montagnes, un joyau du patrimoine québécois.

L'actuel propriétaire n'avait pas les moyens d'investir dans les rénovations que nécessite le monastère. Les travaux sont évalués à près de 2 millions $.

À la veille des élections, la nouvelle ne pouvait pas mieux tomber pour le maire sortant d'Oka, Pascal Quevillon.

«C'est une excellente nouvelle. C'est la sauvegarde de notre patrimoine du Québec, l'abbaye d'Oka. Il y a eu la première école d'agriculture qui a été fondée par les Pères trappistes il y a plusieurs années. Donc, c'est vraiment un soulagement.»

Le groupe d'acheteurs comprend, outre l'entreprise Tridan qui oeuvre dans les investissements immobiliers, le groupe Georges Coulombe qui a fait d'acquisition et la restauration de plusieurs immeubles patrimoniaux à Montréal, notamment l’ancien siège de la banque Molson et l'édifice de La Sauvegarde.

La vente de l'abbaye devrait être officialisée d'ici vendredi prochain.

Dans la même catégorie