/news/society

Ontario

Les deux tiers du personnel hospitalier victimes de violence

Agence QMI

Un peu plus des deux tiers des travailleurs hospitaliers de l'Ontario ont été victimes de violence physique au cours de la dernière année, montre un sondage réalisé par le Conseil des syndicats d'hôpitaux de l'Ontario (CSHO) dévoilé dimanche.

Selon ce qu'ont indiqué les 770 infirmières et travailleurs de soutien consultés pour l'étude, jusqu'à 20 % des employés du réseau de la santé ont vécu neuf incidents violents ou plus au cours de la dernière année. Pas moins de 42 % des travailleurs hospitaliers ont aussi vécu du harcèlement ou une agression sexuelle.

Le CSHO, qui a lancé une campagne médiatique à la mi-octobre pour dénoncer les violences dont sont victimes ses membres, a fait état de plusieurs incidents graves, incluant des agressions à l'arme blanche et des passages à tabac perpétrés par des patients contre des travailleurs.

«La violence est hors de contrôle dans les hôpitaux. Le niveau de violence physique, de harcèlement sexuel, d'agressions verbales et d'insultes racistes a atteint un point toxique qui ne peut être ignoré ou toléré», a déploré le président du CSHO, Michael Hurley, en entrevue avec le «Toronto Star».

Le sondage a aussi permis de mettre en lumière que 44 % des victimes craignent de rapporter des actes violents à leur patron, par crainte de représailles.

Le CSHO propose différentes pistes de solution, incluant l'ajout de personnel et l'amélioration de la sécurité dans les hôpitaux. Le syndicat demande aussi que le Code criminel soit amendé de façon à ce qu'une agression perpétrée contre un travailleur hospitalier soit punie plus sévèrement, comme c'est le cas pour les pompiers et les policiers.

Dans la même catégorie