/regional/montreal/montreal

Municipales 2017

Valérie Plante devient la première mairesse de Montréal

Agence QMI

La chef de Projet Montréal Valérie Plante est devenue la première femme élue à la tête de Montréal en remportant une victoire surprise devant le maire sortant Denis Coderre, qui a annoncé son retrait de la vie politique municipale, dimanche soir.

Valérie Plante : «375 ans après Jeanne-Mance, Montréal a sa première mairesse»

Valérie Plante avait obtenu environ 51,5 % des votes dépouillés contre 46,5 % pour Denis Coderre, tard dimanche soir.

Projet Montréal aurait aussi la majorité des sièges à l’hôtel de ville si la tendance se maintenait.

Pour les élus à l’hôtel de ville, Projet Montréal était en avance pour 34 sièges, l’équipe de Denis Coderre pour 25, tandis que d’autres candidats étaient en avance pour six sièges.

Voyez tous les résultats pour la métropole:

 

«Ce soir, nous avons écrit une nouvelle page d’histoire pour Montréal : 375 ans après Jeanne-Mance, Montréal a enfin sa première mairesse», a dit Valérie Plante dans un discours ponctué de rire devant ses partisans.

Elle a souligné qu’elle avait été habituée au rôle de négligée, puisqu’elle n’était pas favorite lorsqu’elle est devenue conseillère municipale en battant Louise Harel il y a quatre ans, lors de la course à la chefferie de son parti et finalement lors de la campagne électorale contre Denis Coderre qui avait une forte avance dans les sondages il y a à peine six mois.

Elle a réitéré sa promesse d’accroitre la mobilité et rendre les rues plus sécuritaires pour les jeunes, les ainés et les cyclistes.

«Il y a un changement de ton qui s’impose, un changement de priorités aussi», a-t-elle mentionné.

Liesse chez Projet Montréal

«J’ai jamais été aussi fier d’être Montréalais que ce soir», a dit Benoit Dorais, l’actuel maire du Sud-Ouest et futur président du comité exécutif tel qu’avait mentionné Valérie Plante durant la campagne si elle était élue à la mairie. Il a précisé que cette victoire, «on le sentait sur le terrain».

«J’en reviens pas. C’est incroyable. J’aurais jamais pensé avant le début de la campagne qu’on pouvait réussir une chose semblable. On va changer la ville pour le mieux. On redonne la ville aux citoyens», a dit François Croteau, maire sortant de Rosemont-La Petite Patrie, à TVA Nouvelles.

 

«C’est extraordinaire ce qui vient de se passer ce soir», a-t-il ajouté.

Le maire sortant du Plateau Mont-Royal, Luc Ferrandez, a aussi louangé sa chef.

«En commençant, elle avait un déficit de notoriété. Elle a fait un immense travail, quel succès», a dit celui qui a été réélu.

Les candidats de Projet Montréal étaient en avance pour les postes de maire d’arrondissement dans le Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Sud-Ouest, Rosemont-La Petite-Patrie, Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Le Plateau-Mont-Royal, Outremont, Lachine, Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, L’Île-Bizard-Sainte-Geneviève et Ahuntsic-Cartierville.

L’équipe du maire sortant était en avance dans Pierrefonds-Roxboro, Montréal-Nord, Saint-Léonard et Verdun.

 

Optimisme

François Croteau estime que son parti saura bien diriger Montréal

«On est prêt. On a des gens de talents. On dirige des arrondissements depuis des années», a dit le maire de Rosemont.

Selon lui, ce vote reflète le changement d’humeur des électeurs.

«Les gens en ont assez des vieux politiciens bougons qui parlent uniquement négativement, a-t-il dit. Les campagnes négatives, les campagnes de dénigrement, le manque de transparence, ils n’en veulent plus à Montréal».

De son côté, le député de Québec solidaire Amir Khadir abondait dans le même sens.

«Évidemment, il y a toute une surprise, a dit le député de Mercier. Les gens ont rejeté la vieille classe politique, même si Denis Coderre n’a pas si mal fait. Il y a un désir de changement profond qui se manifeste.»

Déception de Réal Ménard

Le maire de l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve Réal Ménard était très ému de voir qu’il était en voie d’être battu, dimanche soir.

«Ce n’est pas le plus beau jour de ma vie. J’ai eu la chance de servir les gens d’Hochelaga-Maisonneuve pendant 25 ans», a dit M. Ménard qui était auparavant député fédéral du Bloc québécois dans ce secteur.

«On gagne en équipe et on perd en équipe», a-t-il ajouté en refusant de blâmer son chef pour sa défaite et celle de son parti.

 

Dans la même catégorie