/news/society

Saint-Bernard-de-Lacolle

La GRC accusée par des militants d'intimider les demandeurs d'asile

Agence QMI

Les policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) appelés à intervenir lors de l'arrivée de demandeurs d'asile par le chemin de Roxham Road, à Saint-Bernard-de-Lacolle intimideraient les immigrants, allègue le groupe Solidarité sans frontières.

Au cours de l'été, ce petit chemin de campagne est devenu célèbre en voyant arriver par centaine des immigrants en provenance des États-Unis. Ceux-ci, majoritairement d'origine haïtienne, cherchaient à obtenir un refuge au Canada par crainte d'être déportés des États-Unis. Un campement temporaire avait même dû être installé pour faire face à cet afflux de migrants.

Dans un communiqué publié mardi, Solidarité sans frontière allègue que les agents de la GRC «sont de plus en plus agressifs envers les personnes qui tentent de traverser vers le Canada, au point où certain-e-s migrant-e-s ont été poussé-e-s à faire demi-tour.»

Selon le groupe, des agents inciteraient les immigrants à ne pas traverser la frontière illégalement, mais plutôt à se tourner vers les postes frontières réguliers. «Cependant, les personnes qui suivent ces conseils se voient refusées, retournées vers les États-Unis, et bannies à vie d’appliquer en tant que refugiées au Canada», a dénoncé l'organisme.

«La semaine passée, un des agents leur a dit de retourner en taxi en leur disant qu’elles seraient renvoyées vers leur pays de naissance le lendemain si elles traversaient, ce qui est faux», a ajouté Amy Darwish de Solidarité sans frontières.

Appelé à commenter ces allégations, la GRC a clarifié son mode opératoire à la frontière. «Lorsque les migrants se présentent à la frontières entre deux ports d'entrée (dans ce cas-ci Roxham Rd), ils sont avisés que s'ils traversent au Canada, ils commettront une infraction et seront arrêtés. Ils sont informés que la façon légale de traverser est de se présenter au port d'entrée de Lacolle, situé tout près. S'ils décident quand même de procéder, ils sont mis en état d'arrestation», a indiqué dans un courriel adressé à l'Agence QMI la porte-parole Annie Delisle.

Cette dernière a rappelé qu'«il est illégal de traverser la frontière canadienne sans se présenter à un bureau d’entrée; il s’agit d’une infraction en vertu de la Loi sur les douanes.»

Dans la même catégorie