/regional/estduquebec/basstlaurent

Horaires contestés

Les ambulanciers bloquent l’accès au CISSS du Bas-Saint-Laurent

Meggie Bélanger | TVA Nouvelles

 - Agence QMI

Les paramédics de la Mitis et de Rimouski-Neigette ont voulu démontrer leur épuisement en bloquant l'accès du Centre intégré de santé et de service sociaux du Bas-Saint-Laurent mercredi. Une vingtaine d'employés ont ainsi dû rebrousser chemin.

Les ambulanciers veulent mettre fin aux horaires de faction, qui les amènent à être sur appel sept jours sur 14, 24 heures sur 24 à partir de leur domicile, ce qui, selon eux, allonge le délai de réponse. Ils souhaitent obtenir un horaire de 40 heures divisé en quart de travail de jour, de soir et de nuit, sept jours par semaine.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a injecté, en octobre, de l'argent neuf ailleurs au Québec pour abolir les horaires de faction. Les régions devaient se qualifier selon trois critères établis par le gouvernement. La Mitis n'entrait pas dans ces barèmes en regard du nombre d'appels répondus annuellement et du pourcentage d'utilisation des ressources. Des explications ont été demandées au CISSS pour expliquer comment les calculs sont faits. On a recommandé à TVA Nouvelles de communiquer avec le ministère de la Santé et des Services sociaux, qui n’a pas donné d’explications.

Selon le président de la Fraternité, «le CISSS n’a pas tenu compte de tous les appels, par exemple lorsque les ambulanciers se rendent sur les lieux d’un accident et que les victimes ne souhaitent pas être transportées au centre hospitalier, également tous les transferts entre les hôpitaux de la région.»

Les ambulanciers de la Mitis sont sans contrat de travail depuis mars 2015. Ils préviennent que leurs protestations vont s'intensifier et que des manifestations devraient avoir lieu tous les jours.

Les services à la population ne sont pas touchés par ces moyens de pression, car les paramédics sont soumis à la loi sur les services essentiels.

Dans la même catégorie