/news/currentevents

Disparue depuis une semaine

Mélissa Blais a refusé de se faire raccompagner

Amélie St-Yves | Agence QMI

Le propriétaire du dernier bar où Mélissa Blais a été vue lui a offert de la reconduire chez elle, ce qu’elle a refusé, quelques minutes avant de disparaître à Louiseville, en Mauricie.

La police et les proches de Mélissa Blais, 34 ans, sont toujours sans nouvelles d’elle, une semaine après sa disparition.

La mère de deux enfants avait quitté sa résidence vers 19 h 30 mercredi la semaine dernière pour se changer les idées après une chicane de couple. Elle a joué au poker avec des amis et s’est ensuite rendue dans deux autres bars de Louiseville.

Elle a été vue pour la dernière fois vers 2 h 15 du matin, après quoi elle a disparu. Même sa voiture Toyota Corolla noire quatre portes 2011 n’a pas encore été retrouvée.

Le propriétaire du dernier bar où elle a été vue, Daniel Dubeau, lui a offert de la reconduire chez elle vers 1 h 55 du matin, ce qu’elle refusé. Ce dernier reconduit régulièrement les derniers clients et connaissait la femme qui a déjà travaillé pour lui.

«On était quatre. Quand je suis parti, il y avait elle, un autre client, et la serveuse», a raconté le propriétaire du bar Les 2 dés, qui n’a rien remarqué d’anormal.

Selon lui, la mère de famille était «réchauffée», mais pas en état d’ébriété avancé.

La mère de la disparue, Diane Naud, ne sait plus quoi penser. Elle écarte toutefois d’emblée que sa fille ait pu quitter la région sans l'avertir.

«Ce n’est pas son style de laisser ses enfants tout seuls», a-t-elle affirmé.

Dernier appel

La patronne actuelle de la barmaid serait la dernière à lui avoir parlé au téléphone, vers 22 h le soir de sa disparition, selon le conjoint de la disparue, François Venne.

Carole L’Archevêque n’a rien noté d’étrange chez la femme, qui était de bonne humeur.

«Sa voix était normale, elle m’a dit qu’elle était en train de jouer aux cartes. Tout semblait correct», a-t-elle dit.

Elle lui a demandé de la dépanner pour travailler de soir au Bar Salon chez Nina de Berthierville la fin de semaine suivante, Mélissa Blais lui a dit oui tout de suite.

«C’est sûr que c’est inquiétant. Toutes les autres barmaids en parlent ici», a raconté Mme L’Archevêque.

Crimes majeurs

La section des Crimes majeurs de la Sûreté du Québec ont pris la relève de cette enquête lundi soir. Ils ont par ailleurs érigé un poste de commandement mercredi sur le boulevard Saint-Laurent de Louiseville pour rencontrer des témoins.

Dans la même catégorie