/regional/troisrivieres/mauricie

Microbrasserie

Vente du Trou du Diable: l'effet d'une bombe à Shawinigan

Émilie Vallée

 - Agence QMI

L’annonce de l’achat par Molson-Coors de la microbrasserie Le Trou du Diable a eu l'effet d'une bombe à Shawinigan.

La transition devrait se faire en douceur, mais l'annonce aux employés n'a pas été facile à faire. L'entente ne touche pas le restaurant de la rue Willow.

Depuis la création de la micro-brasserie, beaucoup de bière a coulé sous les ponts. La Ville s’Est dite rassurée de voir que cette PME qui fait la fierté de Shawinigan conservera son identité régionale.

«C'est un choc, a confié Luc Arvisais, directeur du développement économique à la Ville de Shawinigan. Une fois le choc initial passé, je considère ça comme une bonne nouvelle pour les perspectives et les opportunités que ça offre en terme de développement de marché.»

Chez Molson on dit ne surtout pas vouloir compromettre le côté artisanal. «C'est sûr que le Trou du diable va rester ce qu'il est. Les employés restent en place et ils vont continuer de brasser la même bière», a affirmé Sandra Gagnon de la division Six Pints de Molson Coors.

Les quatre actionnaires de la microbrasserie demeureront aussi au sein de l'entreprise. Pour eux, la vente était en quelque sorte un passage obligé. «Ça assure une pérennité du Trou du diable pour des siècles. Le Trou du diable est assis sur des bases solides maintenant et "sky is the limit"», a confié un des fondateurs, Isaac Tremblay.

Dans la même catégorie