/regional/troisrivieres/mauricie

Trois-Rives

Un 10e mandat pour un maire de 85 ans

Amélie St-Yves | Agence QMI

AMÉLIE ST-YVES/AGENCE QMI

Un des plus vieux maires du Québec a été réélu pour un 10e mandat consécutif. À 85 ans, il est encore souvent le premier à chausser ses bottes quand il y a une urgence dans son village.

Lucien Mongrain n’a jamais manqué une réunion du Conseil de ville depuis sa première élection en 1981. Deux semaines après une opération à cœur ouvert en 2014, il présidait l’assemblée.

L’homme de 85 ans connaît les 467 citoyens de sa municipalité. Il est disponible et accessible 24 h sur 24, 7 jours sur 7, comme le disait son dernier dépliant électoral.

« Ici, s’il est 22 h et qu’un bout de chemin part dans l’eau à cause d’un barrage de castors qui saute, c’est moi qui pars de chez nous et qui vais voir », dit-il.

Située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Shawinigan, en Mauricie, le village de Trois-Rives pose son lot de défis, entre autres parce qu’il n’y a pas encore de réseau cellulaire.

Zéro dette

Lucien Mongrain n’était pas nerveux d’affronter deux autres candidats aux dernières élections qui ont eu lieu dimanche dernier.

« On a beaucoup construit depuis que je suis ici et on ne doit pas une cenne. Si les citoyens ne sont pas contents, qu’ils me mettent dehors. Tout est payé », affirme-t-il.

Gérer une municipalité qui n’a pas de dette est une grande fierté pour le maire qui trouve parfois les villes trop dépensières.

« On a toujours fait attention. Quand on a de l’argent, on dépense. Quand on n’en a pas, on ne dépense pas », tranche-t-il.

Il a finalement été réélu avec 62 % des voix. Il faut dire qu’il connaît son village de fond en comble.

Il était d’ailleurs sur place le 12 novembre 1996 lorsqu’il y a eu de grosses inondations. Un ponceau de la route 155 avait été emporté par la crue des eaux dans le ruisseau Caribou, qui se jette dans la rivière Saint-Maurice.

Un camionneur qui passait par là s’est retrouvé face à un trou béant dans la chaussée. D’un côté du trou, il y avait une pelle mécanique. De l’autre, il y avait des citoyens, dont Lucien Mongrain.

Héros

Le camionneur Patrice Trottier s’est jeté en bas de son camion qu’il a laissé partir à l’eau, mais lui aussi a été emporté vers la rivière.

« Je me suis débattu et j’ai réussi à me sortir la tête de l’eau. C’est à ce moment-là que j’ai reconnu la voix de Lucien Mongrain. C’est lui qui m’a encouragé et guidé vers un arbre. Sans cet arbre et sans Lucien Mongrain pour me guider, j’étais emporté dans la rivière », raconte-t-il dans le livre Une municipalité, deux maires, Trois-Rives, sur l’histoire de l’endroit.