/news/politics

Plusieurs projets

Montréal et Québec devront jouer du coude pour le financement du transport collectif

Arnaud Koenig-Soutière - Agence QMI

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL

La région de Québec devra faire valoir ses « ambitions » auprès d’Ottawa en matière de transport, selon le ministre fédéral Jean-Yves Duclos, alors que les villes de Québec et de Montréal s’apprêtent à jouer du coude pour solliciter du financement auprès du gouvernement fédéral.

Un projet de transport collectif « structurant » est toujours dans les cartons, et le bureau de projet pour le troisième lien s’est vu confier une enveloppe d’une vingtaine de millions de dollars par Québec. Pendant ce temps, la nouvelle mairesse de Montréal, Valérie Plante, aspire à faire construire une nouvelle ligne de métro, un projet évalué à 10 G$.

5 G$ disponibles pour le Québec

« Le gouvernement canadien a annoncé qu’il était prêt à investir plus de 5 G$ en transport collectif dans la seule province de Québec dans les cinq prochaines années. Cinq milliards, c’est un montant significatif dont la région de Québec doit absolument profiter », clame le député de Québec, Jean-Yves Duclos.

Or, Mme Plante et son administration devraient vraisemblablement solliciter l’aide du fédéral pour financer leur projet de « ligne rose ». Une part du gâteau dont Québec ne se serait pas privée, alors que tant le projet « structurant » qu’un troisième lien sont au programme de l’hôtel de ville de Québec et du gouvernement provincial.

«Faire valoir nos ambitions»

« C’est normal que la région de Montréal fasse valoir ses ambitions. C’est ce qu’on attend de la mairesse [...] C’est encore plus important pour nous de faire valoir nos propres ambitions, nos propres intérêts », croit le député de Québec.

M. Duclos a d’ailleurs lancé « une invitation respectueuse, mais assez transparente » à tous les élus de la région de Québec pour travailler de concert. Le député libéral n’entend d’ailleurs pas se limiter aux budgets rendus disponibles par Ottawa.

« La Banque d’infrastructures est un outil dont le gouvernement canadien bénéficie. Il y a aussi d’autres outils qu’on peut utiliser pour appuyer la région de Québec », a conclu le ministre de la Famille.

 

Dans la même catégorie