/news/currentevents

2 cas recensés

Mise en garde après des agressions sexuelles à l'Université Concordia

Agence QMI

STOCKQMI-ECOLE

JOEL LEMAY/24H MONTREAL/AGENCE QMI

L'Université Concordia a émis une mise en garde, lundi, après avoir pris connaissance de deux cas d'étudiantes qui ont été droguées et agressées sexuellement après avoir été attirées hors du campus sous un faux prétexte.

Dans un courriel adressé aux élèves et au personnel, l'université explique que des invitations ont été adressées aux victimes sur les réseaux sociaux pour des opportunités de développement professionnel. Or, les victimes qui se sont rendues aux rencontres ont plutôt été droguées et agressées, a relaté l'université.

En entrevue avec le quotidien «Montreal Gazette», la porte-parole Mary-Jo Barr a précisé que l'université a eu connaissance de deux cas à ce jour. L'un s'est produit l'hiver dernier, tandis que la seconde agression a eu lieu en septembre.

L'université a toutefois pris connaissance des deux événements la semaine dernière, lorsque les étudiantes se sont adressées au personnel de sécurité de l'institution, a précisé Mme Barr au quotidien anglophone.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a été informé et a ouvert une enquête, a précisé l'université dans son courriel.

Les étudiants et membres du personnel de Concordia qui ont besoin d'aide peuvent appeler au Centre d’aide aux survivantes et survivants d’agression sexuelle au 514 848-2424, poste 3353, ou au bureau de la sécurité au 514 848-3717, option 1.

«Nous souhaitons en outre rappeler aux étudiants et aux étudiantes que l’Université Concordia ne tolère aucune forme de violence sexuelle. Nous avons à cœur de créer et de maintenir un environnement sûr pour toutes et tous», peut-on lire en guise de conclusion dans le courriel.

Dans la même catégorie