/regional/quebec/quebec

Plus de 500 000 habitants

Québec... la seule ville canadienne sans projet de transport collectif

Jean-Luc Lavallée | Le Journal de Québec

Québec est la seule ville canadienne de plus de 500 000 habitants qui n’a aucun projet concret de transport collectif structurant en chantier, déplore une coalition de groupes environnementaux.

La Vieille Capitale fait figure d’exception en la matière et a pris un retard considérable sur les autres grandes villes du pays, incluant celles de taille comparable, révèle une compilation effectuée par l’organisme Vivre en Ville qui a partagé le fruit de ses recherches avec «Le Journal de Québec».

D’autres organismes comme Équiterre, la Fondation David Suzuki et Les Jeunes de Québec pour la mobilité durable ont également participé à l’exercice afin d’étoffer leur argumentaire auprès de la Ville de Québec et du gouvernement du Québec à qui ils reprochent de sous-investir dans le transport collectif.

«On a constaté qu’à Québec, on est pas mal tout seuls où il n’y a rien de formel sur la table. Partout ailleurs, ça bouge», soupire le directeur général de Vivre en Ville, Christian Savard, qui invite le maire Labeaume, fraîchement réélu, à accélérer la cadence afin de profiter des généreux fonds fédéraux dédiés aux infrastructures en transport collectif. «Tout le monde en profite pour se doter de réseaux de transport en commun assez costauds. On ne parle pas juste de rajouter des lignes de bus, mais d’un réseau de transport structurant comme se plaît à le dire M. Labeaume», observe-t-il.

Popularité des systèmes sur rails

À Surrey près de Vancouver, à Brampton et Mississauga en banlieue de Toronto, à Hamilton, à Ottawa et à Edmonton, les projets de systèmes légers sur rails (SLR) ont la cote. Le SLR - une dénomination très large - se décline sous diverses formes comme le métro de surface, le tramway (traditionnel ou moderne), le train léger, le tram-train ou encore le «SkyTrain».

À Calgary, le SLR et le SRB (Service rapide par bus) cohabitent déjà. L’aire urbaine Kitchener-Waterloo-Cambridge a également misé sur une cohabitation SLR-SRB alors que Winnipeg se concentre sur le SRB. Des projets de nouvelles lignes ou d’expansion du réseau existant sont en cours dans toutes ces villes.

«À part Winnipeg, tout le monde y va avec un SLR et si on avait ajouté les villes de 200 000 habitants et plus, vous auriez vu davantage de projets dans le tableau parce qu’il y a sept chantiers de tramway présentement en Ontario. Waterloo en passant, ce n’est pas énorme, ça n’a pas du tout la même envergure que Québec», a commenté Alexandre Turgeon, du Conseil régional de l’environnement, qui prône un système sur rails à Québec et non un SRB.

«Les villes canadiennes, américaines, australiennes et celles d’Asie s’en vont là. Il y a à peu près juste l’Amérique du Sud qui choisit l’autobus», a-t-il poursuivi.

Un réseau «structurant», c’est quoi ?

Le terme revient souvent dans l’actualité. L’administration Labeaume a maintes fois utilisé cette expression pour décrire son futur projet de transport collectif. Selon l’organisme Vivre en Ville, la notion de «réseau structurant de transport en commun» est utilisée pour décrire un, ou un ensemble de parcours offrant un niveau de service suffisant pour influencer l’organisation du territoire en favorisant la densification des villes.

Projets de transport en commun en cours

Villes canadiennes de plus de 500 000 habitants

■ Surrey (Agglomération de Vancouver)

SLR (2014-2023) 517 887 habitants

Première phase (ligne Surrey-Newton-Guildford) envisagée pour 2023 : trajet de 10,5 kilomètres et 11 stations

■ Québec

531 902 habitants

Aucun projet en chantier

■ Waterloo-Kitchener - Cambridge

SRB + SLR (2011-2018) 535 154 habitants

Nouveau trajet de SLR sur 19 kilomètres et nouveau trajet de SRB sur 17 kilomètres. Un trajet de SLR remplacera graduellement le SRB à la phase 2.

■ Hamilton

SLR (2017-2024) 536 917 habitants

Nouvelle ligne de 14 kilomètres et 17 stations traversant la ville d’est en ouest.

■ Brampton/Mississauga (Banlieue de Toronto)

SLR (2014-2022) 593 638 habitants + 721 599 habitants

Nouveau trajet reliant les deux villes sur 20 kilomètres et 22 stations. La construction doit débuter en 2018.

■ Winnipeg

SRB (2014-2020) 705 224 habitants

Ajout de 7,6 kilomètres et 10 nouvelles stations à la ligne de SRB déjà en place

■ Edmonton

SLR (2012-2020) 932 546 habitants

Nouveau trajet de 13,3 kilomètres reliant Mills Woods au centre-ville d’Edmonton prévu pour 2020

■ Ottawa

SLR (2013-2023) 934 243 habitants

Ligne de la Confédération (nouvelle ligne est-ouest sur 12,5 kilomètres avec 13 stations avec une deuxième phase d’expansion déjà prévue) et Ligne Trillium (expansion de 12 kilomètres avec 7 nouvelles stations)

■ Calgary

SLR (2017-2026) + SRB (2009-2019) 1 293 220 habitants

SLR : Ajout de 46 km et 28 stations reliant Keystone au centre-ville. Deux autres lignes en cours de planification

SRB : Quatre trajets seront fonctionnels d’ici 2019

■ La population de chaque ville est basée sur le recensement national de 2016

■ Les métropoles de Montréal, Vancouver et Toronto, qui ont déjà toutes des réseaux de transport collectif d’envergure, n’ont pas été incluses dans ce tableau en raison de leur taille et de leur densité plus imposante.Les comparaisons tiennent-elles la route ?

Le jeu des comparaisons entre différentes villes est parfois hasardeux, mais les groupes environnementaux défendent bec et ongles la pertinence de l’exercice au Canada.

«Évidemment, il n’y a pas une ville dans le monde qui a exactement les mêmes conditions que la ville de Québec. Il n’y a aucune ville où l’on peut faire un copier-coller. En même temps, il y a des caractéristiques comparables en termes de géographie, de météo, de densité, ce qui nous fait croire qu’il y a possibilité de mettre en place des systèmes similaires», fait valoir Étienne Grandmont d’Accès transports viables. «On a fait ce tableau-là pour montrer que dans un contexte géographique, humain, politique et financier, on est capables de trouver des comparables, et la Ville de Québec peut en faire plus», a-t-il renchéri pour crédibiliser la démarche.

À ceux qui diront que la ville de Québec reçoit six à huit fois plus de neige que Vancouver ou trois fois plus que Toronto, Edmonton, Winnipeg et Calgary, Étienne Grandmont d’Accès transports viables répond que « tous les modes de transport peuvent fonctionner dans tous les types de température, il faut juste savoir les adapter à son contexte ». «La question de la neige n’est pas si épouvantable que ça. Il y a d’autres villes dans le monde où il y a des quantités de neige très similaires et où il y a des tramways, par exemple, qui fonctionnent très bien.» Alexandre Turgeon du Conseil régional de l’environnement affirme que «l’autobus circule mieux que l’automobile dans des conditions hivernales et le tramway est encore plus efficace.»

Densité de population

Quant à la densité de population à Québec, «elle n’est effectivement pas si élevée que ça, mais elle se compare avantageusement aux autres villes. Ce qu’il faut bien mesurer, c’est la densité sur les axes de transport qui peuvent recevoir du transport collectif structurant. Un métro à Val-Bélair, ça n’a pas rapport... mais un transport structurant au centre-ville de Québec ou dans l’axe de la colline Parlementaire et de Laurier, c’est tout à fait logique», ajoute M. Grandmont.