/regional/centreduquebec

Centre-du-Québec

Un chien atteint par une quarantaine de plombs

TVA Nouvelles

Une résidente de Saint-Lucien, dans le Centre-du-Québec, a retrouvé son chien grièvement blessé après qu’il eut été atteint par une quarantaine de projectiles d'un fusil de calibre 12 dimanche après-midi.

«Nous étions en train de travailler sur notre terrain. Nous sommes rentrés pour manger pendant une vingtaine de minutes quand un autre de mes chiens a commencé à sauter dans la fenêtre», a expliqué Élisabeth Marois à tvanouvelles.ca.

Mme Marois est alors sortie et a retrouvé Billy, un jeune border collie, sur la galerie.

«Je ne sais pas si on lui a tiré dessus en dehors de notre terrain et qu’il a eu le temps de revenir ou si le tout s’est déroulé sur notre propriété», a-t-elle ajouté.

Selon la jeune femme, Billy est un animal très sociable qui a souvent participé à des courses de canicross et qui a même participé à une parade au festival western de Saint-Tite.

«Il n’est pas du tout agressif. Il s’entend bien avec les enfants», a-t-elle tenu à préciser.

 

Elle déplore le fait que quelqu’un ait pu tirer sur l’animal sans défense.

«On tire sur un animal, il ne mérite pas ça. Sur sa médaille, il y a nos coordonnées. Si des gens avaient un problème avec lui, ils auraient dû venir nous parler plutôt que d’agir comme cela.»

Billy prend du mieux, mais son foie pourrait être atteint.

Il devra par ailleurs apprendre à vivre avec les plombs qui l’ont atteint, car il est impossible d’enlever toutes les balles qui ont touché l’animal.

Ratissage de la région par la SQ

La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé de son côté avoir reçu un appel concernant cet événement.

«Aujourd’hui, vers 10h30, les policiers ont été appelés à se rendre dans la municipalité de Saint-Julien», rapporte Claude Denis, porte-parole de la SQ

Il soutient que même si les propriétaires de l’animal n’ont pas voulu porter plainte, les policiers ont tout de même fait du ratissage dans les environs. Ils ont notamment rencontré des voisins, sans obtenir davantage d’informations, puisque personne n’aurait entendu des coups de feu.

Il lance toutefois un sérieux avertissement.

«Pour ceux qui ont l’intention de faire la même chose, le Code criminel est clair: les contrevenants sont passibles d’un emprisonnement de deux ans», affirme-t-il.