/regional/quebec/quebec

Retard dans l’octroi de plusieurs mandats

Le projet du pont de l’île d’Orléans piétine

Marc-André Gagnon | Agence QMI 

Même si l’objectif est toujours de livrer le nouveau pont de l’île d’Orléans à temps pour 2024, le ministère des Transports peine à obtenir des soumissions et accuse du retard dans l’octroi de plusieurs mandats.

Selon ce qui avait été annoncé par Robert Poëti à l’époque où il était ministre des Transports, en 2015, l’étude d’impact environnemental devait commencer en 2016, mais l’appel d’offres n’a finalement été publié qu’en début d’année 2017.

La date limite pour la réception des soumissions a ensuite été reportée non pas une, mais trois fois.

Même si neuf propositions ont été reçues, il a fallu attendre jusqu’à la fin de l’été 2017 avant que le processus d’octroi du contrat soit complété. La firme Stantec Experts-conseils a finalement remporté la mise avec une offre de 136 255 $.

Six mois pour produire un rapport

Selon les documents d’appel d’offres, la firme dispose maintenant de six mois pour produire un rapport d’avant-projet, comprenant l’analyse des tracés considérés pour le nouveau pont, puis de six autres mois pour le rapport final.

Comme Stantec doit obligatoirement réaliser des inventaires sur le terrain au printemps et à l’automne, il serait étonnant que le rapport soit remis avant les prochaines élections générales, prévues à l’automne 2018.

D’autres appels d’offres ont aussi été retardés. Le cas le plus récent visait à trouver une firme capable de rédiger le volet « patrimoine » de l’étude d’impact environnemental.

La procédure pour ce «mandat d’accompagnement» a été lancée en janvier 2017. Trois soumissions ont été déposées, mais aucune n’a été retenue. L’appel d’offres a finalement été annulé le 24 août dernier, avant d’être relancé le 10 octobre. Seuls deux soumissionnaires se sont manifestés cette fois-ci.

Difficultés pour louer des barges

Le ministère des Transports (MTQ) a aussi connu quelques difficultés pour louer des barges en vue de l’exécution de forages dans le cadre de travaux préparatoires. Après un premier appel d’offres conclu par aucune réponse, le MTQ a repris l’exercice pour finalement «négocier à la baisse avec le seul soumissionnaire», soit Travaux Maritimes Océan, avec qui une entente d’une somme de 381 380 $ a été conclue au début octobre.

Un appel d’offres en ingénierie a aussi été lancé en février dernier, avant d’être annulé, faute de soumissions.

«La préparation du projet respecte les échéanciers fixés et l’objectif demeure que le nouveau pont soit mis en service vers 2024», a assuré le porte-parole du ministère des Transports, Guillaume Paradis, en réponse aux questions de notre Bureau parlementaire.

PONT DE L’ÎLE D’ORLÉANS ACTUEL

• Sa construction remonte à 1935 (82 ans)

• D’une longueur de 1,7 km (4,4 km en incluant les approches)

• Les éléments structuraux souffrent de dommages importants

• Il s’agit de la seule structure qui relie l’île à la terre ferme

• Il dessert 7000 insulaires et 675 000 touristes par année

• Le MTQ lui accorde une valeur patrimoniale très élevée

• Il pourrait être démoli ou réservé aux cyclistes et aux piétons

LE FUTUR PONT À HAUBANS

• Le projet a été dévoilé en décembre 2015

• Il s’agira d’un pont à haubans (comme le nouveau pont Champlain et celui de l’autoroute 25)

• Une voie de circulation par direction +accotement + piste multifonctionnelle

• L’étude d’impact sur l’environnement devait débuter à la fin 2016

• Le contrat a finalement été octroyé à la firme Stantec Experts-conseils à la fin de l’été 2017

• La mise en service du pont est toujours prévue pour 2024