/news/law

Fillette de son patron agressée

Un colosse admet ses crimes sexuels

Frédérique Giguère | Agence QMI

Courtoisie

Un colosse de 300 livres a reconnu, mardi, au palais de justice de Longueuil, avoir agressé sexuellement la fillette de son patron et tenté de faire la même chose avec une adolescente, plus de 10 ans auparavant.

Yannick Perreault, 43 ans, a plaidé coupable à des accusations d’agressions sexuelles, de tentative d’agression sexuelle, de séquestration, d’enlèvement, d’incitation à des contacts sexuels et de voies de fait.

Le costaud a essuyé ses larmes pendant qu’il admettait ses crimes devant la juge. Cette dernière attendra toutefois les résultats des rapports psychosexuel et présentenciel avant de rendre sa sentence.

La dernière agression remonte à cet été, alors que Perreault vivait depuis peu dans une dépendance située sur la propriété de la mère de la victime, en Montérégie.

«Je me suis essayé»

Le conjoint de la femme avait accepté de lui donner un emploi puisqu’il avait des problèmes de consommation et qu’il n’avait plus d’endroit où vivre.

Le 5 juin, vers 3 h du matin, l’agresseur est entré dans la maison et a convaincu la fillette de 6 ans de le suivre jusque dans sa dépendance. C’est à ce moment qu’il a exhibé son pénis et demandé à l’enfant de lui toucher le sexe. Puisqu’elle refusait, Perreault a empoigné le bras de l’enfant afin de la forcer à le caresser.

Pendant ce temps, la mère de la petite s’est rendu compte de son absence dans la maison. En sortant à l’extérieur, elle a entendu des sanglots provenant de la dépendance. C’est à ce moment qu’elle est entrée et qu’elle a compris ce qui venait de se produire.

En sueur, Perreault a alors dit «j’étais trop gelé, je me suis essayé».

Briser le silence

Lorsque sa photo a été diffusée dans les médias peu après son arrestation, une autre victime s’est manifestée à la police et a brisé des années de silence.

Les faits remontent au début des années 2000. Perreault avait demandé à sa voisine d’environ 14 ans de surveiller son garçonnet en échange de 20 $.

Le colosse est revenu peu de temps après et a traîné l’adolescente de force jusque sur son lit. Il s’est assis sur elle et a tenu un oreiller sur son visage pour atténuer ses cris. Lorsqu’elle a cessé de hurler, la jeune victime a tenté de raisonner Perreault. Ses efforts ont fonctionné. Il s’est relevé et lui a sommé de partir.