/news/society

Cours de science de secondaire 2

Un prof donne des condoms périmés

Carl Vaillancourt | Agence QMI

Un professeur suppléant d’une école secondaire a fait preuve d’un «manque de jugement» après avoir remis des préservatifs périmés depuis 2014 à des élèves âgés de 13 et 14 ans jeudi dernier.

Un professeur à l’école Bernard-Gariépy de Sorel-Tracy a autorisé les élèves de son cours de science à prendre des préservatifs qu’il utilisait pour une démonstration en sachant que ceux-ci étaient périmés depuis février 2014.

Lorsqu’un élève lui a fait remarquer que le condom était périmé, il a dit qu’il valait mieux un condom périmé que pas de condom du tout.

Josée Charbonneau, dont le fils fréquente la classe où s’est produit l’événement, a indiqué que la situation n’était pas normale.

«C’est pas trop fort leur affaire. Si j’ai bien entendu, ils sont périmés depuis trois ans et demi. Il faudrait peut-être qu’il vérifie leurs affaires un peu mieux», a-t-elle dit.

Manque de jugement

La directrice des communications de la Commission scolaire de Sorel-Tracy, Geneviève Handfield, a qualifié de «grave manque de jugement» l’attitude de l’enseignant.

«Il aurait dû dire aux élèves de ramener les condoms périmés puisqu’ils n’étaient plus bons et d’aller s’en chercher à l’infirmerie. Il a même dit qu’un condom périmé était mieux que pas de condom. C’est un manque de jugement de la part de l’enseignant», a avoué Geneviève Handfield en rapportant que le suppléant a été rencontré par la direction de l’établissement.

Ce dernier n’avait pas encore eu de sanctions disciplinaires par la direction mardi. Son dossier est étudié par la direction des ressources humaines.

Des risques importants

L’intervenante au Centre d’aide aux victimes d’actes criminels du Centre du Québec et spécialiste en sexologie, Lydia Paquette, a avoué que les risques peuvent être multiples quant à l’utilisation d’un condom périmé.

«Utiliser un condom après sa date d’expiration peut faire en sorte qu’il va se briser plus facilement. De plus, cela diminue l’efficacité du préservatif. Cela peut également mener à la transmission d’infections transmises sexuellement ou par le sang (ITSS) ou à une grossesse non désirée», a expliqué Lydia Paquette.