/finance/homepage

Institut de la statistique du Québec

Amélioration des investissements miniers au Québec

Agence QMI

mine métanor4

Agence QMI

Les investissements dans le secteur minier se sont améliorés l’an dernier, selon un bilan dévoilé mercredi par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Ainsi, les investissements miniers ont augmenté de 2,9 % en 2016 par rapport à l’année précédente, atteignant un total de 2,57 milliards $.

L’ISQ prévoit même une amélioration des prévisions de croissance cette année alors qu’entre 2012 (5,13 milliards $) et 2015 (2,49 milliards $), il y a eu décroissance.

Pour 2017, l'investissement minier devrait augmenter de 17,8 % par rapport à 2016, à 3,02 milliards $, prévoit l’ISQ dans son bulletin «Mines en chiffres - L'investissement minier au Québec en 2016», rendu public mercredi.

«Les dépenses consacrées aux travaux d'exploration et de mise en valeur des gîtes minéraux devraient connaître une hausse substantielle de 81,3 % pour atteindre 539 millions $, estime l’Institut. De plus, les dépenses consacrées aux infrastructures minières, qui comprennent les travaux généraux dans la roche, l'immobilisation, la réparation et l'entretien, augmenteraient de 9,5 % pour atteindre 2,48 milliards $.»

Reste que pour l’an dernier, c’est la région du Nord-du-Québec qui est au premier rang en termes de dépenses consacrées aux travaux d'exploration et de mise en valeur, soit 145 millions $, ce qui représente 48,6 % du total québécois.

L’Abitibi-Témiscamingue suit de près avec des investissements de 131 millions $ (44,0 %), devant la Côte-Nord (8 millions de dépenses) et le Saguenay-Lac-Saint-Jean (3 millions $).

L'or et les métaux précieux étaient les substances les plus recherchées dans la province l’an dernier, selon l’ISQ. Elles représentaient 69,3 % des frais d'exploration et de mise en valeur, pour un total de 206 millions $.

«Même si l'or domine toujours en 2016, l'exploration minière tend à se diversifier au Québec, laissant maintenant une plus grande place à d'autres substances minérales comme le graphite, le lithium et les terres rares. Celles-ci accaparent 8,4 % des dépenses d'exploration et de mise en valeur de gîtes minéraux au Québec», a souligné l’Institut.

De son côté, l’Association minière du Québec (AMQ) estime que la hausse des investissements miniers est une «bonne nouvelle qui démontre que le secteur minier se relève du cycle baissier des dernières années et que les sociétés minières souhaitent continuer à mettre en valeur le potentiel minéral québécois».

Dans la même catégorie