/news/politics

Bureau d’enquête

Kimonos et champagne pour ministres et gens d’affaires

Annabelle Blais et Félix Séguin | Bureau d’enquête 

L’ex-argentier libéral Marc Bibeau a organisé au moins sept somptueuses réceptions pour mettre en contact les ministres du gouvernement libéral et les gens d’affaires qui contribuaient à la caisse du parti, a appris notre Bureau d’enquête.

À lire également

- De nombreux appels entre Jean Charest et Marc Bibeau

- Le PLQ paye sa part

- Un rôle politique

- «C'est chose du passé», plaide Couillard

- Le PLQ est un parti «sous influence», croit le PQ

Champagne, steaks de thon, cascades de fruits frais, truffes, majordomes en tuxedo, serveuses en kimono... Marc Bibeau, grand patron du financement du PLQ à l’ère Charest, ne ménageait aucun faste dans l’espoir de mettre en relation les donateurs du parti et les membres du gouvernement, dont Jean Charest, Philippe Couillard, Jacques Dupuis et Michelle Courchesne.

Ces réceptions fastueuses, organisées au quart de tour avec l’aide de traiteurs de luxe, se déroulaient à la résidence personnelle de Marc Bibeau, à Beaconsfield, et chez son père Fernand Bibeau, sur l’île Roussin à Laval.

Pour la première fois, les informations que notre Bureau d’enquête a réussi à obtenir permettent de comprendre comment se déroulaient les activités du PLQ qui intéressent tant les enquêteurs de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) depuis des années.

Au printemps, notre Bureau révélait que l’UPAC enquêtait sur M. Bibeau et l’influence qu’il aurait eue sur le premier ministre Jean Charest.

Dans les jours qui ont suivi, le patron de l’UPAC, Robert Lafrenière, a témoigné en commission parlementaire pour préciser que l’enquête était toujours en cours après avoir été paralysée par un recours de Marc Bibeau concernant le privilège avocat-client, devant la Cour suprême. Le plus haut tribunal du pays n’a finalement pas accepté d’entendre les avocats de Marc Bibeau. L’enquête a repris et se poursuit toujours... quatre ans après son lancement.

Discours révélateurs

Les policiers ont saisi des documents autant au PLQ que chez Marc Bibeau. Ce dernier a aussi fait l’objet de filature. L’analyse de documents sur les réceptions et les registres téléphoniques permettent maintenant de mieux comprendre comment pouvait s’exercer cette influence.

Notre Bureau d’enquête a pu voir des notes révélatrices des discours que M. Bibeau devait prononcer aux réceptions du 10 septembre 2003 et du 22 septembre 2004.

C’est ainsi qu’on apprend que le grand argentier libéral soulignait, en 2004, qu’il s’agissait de la « septième édition » de cette fête. Puis, de manière explicite, il y incite les gens d’affaires présents à profiter de la présence des ministres.

« Presque toute l’équipe ministérielle » est présente, insistait-il. « Vous avez ce soir une très belle opportunité [sic] pour les rencontrer et discuter avec eux. »

Pratiquement tout le conseil des ministres est inscrit sur les listes d’invités des réceptions de 2003 et 2004, dont le premier ministre actuel, mais, alors ministre de la Santé, Philippe Couillard. S’y trouvent aussi Michelle Courchesne, Jacques Dupuis, Norman McMillan, Lise Thériault, Jacques Chagnon, Julie Boulet et Geoffrey Kelley.

Une source affirme même que des gardes du corps des ministres jugeaient la sécurité insuffisante étant donné la présence de nombreux membres du gouvernement.

Parmi les patrons de firmes de génie invités se trouvaient Rosaire Sauriol de la firme Dessau, Luc Benoît de Tecsult, Kazimir Olechnowicz de Cima+, Bernard Poulin du groupe SM et Pierre Shoiry de Genivar, entre autres.

Une grande influence ?

Selon des témoins qui ont participé à ces soirées et ont requis l’anonymat, M. Bibeau était un incontournable qui avait un « contrôle exceptionnel » sur le pouvoir politique à Québec.

Certains parlent de lui comme un conseiller influent auprès des ministres et de M. Charest. Cette influence est particulièrement perceptible à travers ses discours. M. Bibeau s’exprime au « nous » comme faisant lui-même partie du gouvernement.

« Nous avons maintenu le déficit zéro », dit-il entre autres.

Un ex-patron d’une firme de génie nous a confirmé que ces fêtes en compagnie des ministres renforçaient la perception que Marc Bibeau était un homme ayant de « l’influence au Québec ».

« Je ne restais jamais longtemps, ça ne m’intéressait pas beaucoup, c’était des relations publiques », a-t-il expliqué.

« Avec le recul, on peut se demander pourquoi il faisait ce genre de réception. Pourquoi inviter des ministres ? s’interroge un ancien élu. J’ai l’impression que Marc Bibeau voulait démontrer son autorité sur le gouvernement. »

— Avec la collaboration de Robert Plouffe et Alexandre Robillard

Bar à sushis et steaks de thon

Un document intitulé Projet de réception en date du 10 septembre 2003 nous donne un aperçu du type de soirée organisée chez M. Bibeau. Voici quelques exemples :

- Accueil au champagne rehaussé de framboises fraîches et de sucre brut.

- Le bar à sushis : « Un chef sera sur place et offrira plus de 20 choix de sushis. Ces derniers sont préparés au fur et à mesure. »

- Le steak de thon : « Un chef sera sur place et découpera à même le poisson des steaks. »

- Au dessert, des truffes seront offertes. L’idée d’installer une fontaine de chocolat a été rayée et la mention messy (salissant) a été inscrite à la main.

- Un majordome en tuxedo ouvrira la porte d’entrée.

- Une serveuse en kimono remettra une flûte de champagne à chaque invité.

Accueil des invités
Menu traiteur

Les discours de Marc Bibeau

Soirée du 10 septembre 2003

M. Bibeau se préparait à un long règne libéral.

«Le premier ministre dit souvent qu’il veut nous assurer deux, et même trois mandats libéraux», écrit-il. Pour y arriver, nous devons nous y préparer dès maintenant, et nous assurer que le Parti libéral du Québec se tienne toujours prêt en gardant une organisation efficace.»

Soirée du 22 septembre 2004

«Le mandat que m’a confié le premier ministre serait extrêmement difficile à remplir si je ne vous sentais pas aussi présents à mes côtés, projetait de déclarer Marc Bibeau. Voilà maintenant 18 mois que nous sommes à la tête du Québec», peut-on lire dans ses notes de discours. Le «nous» a été raturé et remplacé par la mention «équipe libérale».

Il ajoutait que le Québec allait mieux depuis l’arrivée de Jean Charest et s’incluait dans les accomplissements du gouvernement. «Nous avons maintenu le déficit zéro [...], nous avons réinvesti 2,2 milliards en santé [...], bref, nous avons tenu promesse et réalisé nos engagements», peut-on lire.

«Vous pouvez constater qu’un très grand nombre de ministres sont ici ce soir, cela témoigne de l’importance qu’ils vous accordent.»

Discours Marc Bibeau 2
Discours Marc Bibeau

 

Dans la même catégorie