/regional/montreal/montreal

Montréal

Le bannissement des sacs de plastique n’est plus assuré

Laurence Houde-Roy | Agence QMI

MARIE CHRISTINE TROTTIER/24 HEURES/AGENCE QMI

La Ville de Montréal pourrait revenir sur sa décision de bannir les sacs de plastique mince des commerces dès le 1er janvier 2018 alors que la nouvelle mairesse Valérie Plante tient à consulter toutes les études disponibles avant de prendre une décision ferme.

L’ex-maire Denis Coderre était catégorique et affirmait que dès l’an prochain les sacs de plastique minces allaient être bannis des commerces de Montréal, bien que l’étude sur l’analyse des sacs de plastique de Recyc-Québec ne soit pas encore publiée.

Sa successeure Valérie Plante n’est quant à elle pas aussi ferme et souhaite consulter toute la documentation disponible avant de prendre position.

«On sait qu’il y a différents rapports qui ne disent pas nécessairement la même chose. Il y a une étude [de Recyc-Québec] qui est en cours, pour moi c’est important de prendre connaissance de l’entièreté des informations pour pouvoir prendre une décision», a-t-elle répondu mercredi en point de presse.

La décision devra être prise rapidement si elle met en suspens le bannissement ou si elle garde le cap, car les fonctionnaires de la Ville de Montréal commencent déjà à faire de la publicité sur le sujet sur les réseaux sociaux de la Ville.

Étude à publier

La publication de la seule étude nord-américaine sur le cycle de vie d’un sac de plastique mince produite par Recyc-Québec est repoussée depuis mars dernier par l’agence gouvernementale.

L’Association canadienne de l’industrie du plastique, qui a pu prendre connaissance du rapport préliminaire, demande aux élus depuis le début de l’été d’attendre de consulter cette étude avant de bannir ces sacs.

L’étude stipulerait que le bannissement des sacs de plastique ne serait pas avantageux, selon les informations obtenues par le «24 Heures».

Dans une lettre envoyée à la nouvelle ministre de l'Environnement, Isabelle Melançon, dont le «24 Heures» a obtenu copie, l'Association canadienne de l'industrie du plastique cite des extraits du rapport d'étude préliminaire qui stipule qu’aucune option de remplacement des sacs de plastique mince ne serait plus rentable sur les plans environnemental ou économique.

L’étude devrait être publiée en décembre.

Dans la même catégorie