/news/world

Corée du Nord

Pyongyang «soutien du terrorisme» ? Trump tranchera

Agence France-Presse 

Le président américain Donald Trump décidera en début de semaine prochaine si la Corée du Nord doit être réintégrée à la liste noire des «États soutenant le terrorisme», une mise au ban symbolique réservée aux pires ennemis des États-Unis.

Cette décision serait une façon de faire monter la pression sur le régime de Kim Jong-Un que les États-Unis souhaitent isoler encore plus sur la scène internationale pour le contraindre à renoncer à son programme nucléaire.

«Le président se prononcera en début de semaine prochaine», a déclaré Sarah Sanders, porte-parole de la Maison-Blanche, lors de son point de presse quotidien.

Plusieurs membres de l'administration Trump ont clairement laissé entendre qu'un retour sur cette liste noire était à l'ordre du jour. Parmi ses arguments, l'exécutif met en avant l'assassinat de Kim Jong-Nam, demi-frère en disgrâce de Kim Jong-Un, en février en Malaisie.

La liste américaine des États «soutenant le terrorisme» ne contient à ce jour que trois pays: l'Iran et la Syrie, deux des principales bêtes noires des États-Unis, ainsi que le Soudan, qui rentre toutefois progressivement dans les bonnes grâces de Washington.

La Corée du Nord a déjà figuré sur cette liste noire de 1988 à 2008 en raison de son implication présumée dans la destruction d'un avion de ligne sud-coréen en 1987 ayant fait 115 morts.

En octobre 2008, sous la présidence de George W. Bush, les États-Unis l'en avaient retirée, en échange du contrôle de «toutes les installations nucléaires» du régime nord-coréen.

Dans la même catégorie