/news/politics

Dépôt du projet de loi

Il sera possible de fumer de la marijuana dans les lieux publics

Patrick Bellerose | Agence

Les consommateurs de marijuana pourront griller un joint dans les espaces publics, tout comme les fumeurs de tabac.

C’est ce que révèle le projet de loi sur le cannabis déposé jeudi par le gouvernement Couillard.

À LIRE ÉGALEMENT

Québec demande un délai d’un an pour la légalisation du cannabis

Cannabis au travail: des entreprises inquiètes

Les titres des producteurs de cannabis sont en feu à la bourse

Alors que l’Ontario limite la consommation aux résidences privées, Québec adopte donc une approche plus permissive. Plusieurs lieux publics demeureront toutefois interdits aux fumeurs de marijuana, dont les terrains d’un établissement de santé ou d’enseignement postsecondaire, ainsi que les parcs pour enfants et les terrains sportifs.

« Mais il faut, à un moment donné, laisser les gens pouvoir consommer aussi », plaide la ministre déléguée à la Santé publique, Lucie Charlebois, qui pilote le projet de loi.

Une SAQ du pot

C’est l’annonce de la légalisation de la marijuana par le gouvernement Trudeau, le 1er juillet prochain, qui force Québec à légiférer pour en encadrer la consommation. « Comme élue responsable, est-ce que j’aime les drogues ? Non !

Je vous réponds franchement à la question », a laissé tomber la ministre Charlebois en conférence de presse.

Pour assurer la distribution du cannabis, Québec créera une nouvelle filiale de la Société des alcools du Québec, qui se nommera « Société québécoise du cannabis » (SQC). Une quinzaine de magasins, séparés de ceux de la SAQ, ouvriront d’ici juillet 2018, et le Québec pourrait compter jusqu’à 150 succursales dans les prochaines années.

Contrairement à la SAQ, la SQC ne versera pas de redevances au gouvernement. De plus, son mandat ne visera pas à faire la promotion de la consommation de marijuana, assure la ministre Charlebois. Le lieu ne sera pas « super attrayant », note-t-elle, sans non plus être « hyperdésagréable ».

Tolérance zéro

En matière de cannabis au volant, Québec a opté pour la ligne dure. La présence de THC dans la salive entraînera la révocation du permis de conduire pour une période de 90 jours.

Ce sera donc tolérance zéro, puisque le THC peut être détecté de quatre à six heures dans la salive, soit bien plus longtemps que l’effet de la drogue. « Le message qu’on veut envoyer à la population, c’est : si vous consommez du cannabis, ne conduisez pas », dit le ministre des Transports, André Fortin.

Toutefois, l’appareil pour détecter la substance n’est pas encore au point. Québec espère que celui-ci sera disponible d’ici juillet prochain. Entre-temps, les agents de la paix soumettront les conducteurs suspects au même test que celui utilisé pour détecter les consommateurs en état d’ébriété.

Quelques infos

Prix: Québec n’a pas encore tranché, mais les experts proposent entre 7$ et 10$ pour contrecarrer le marché noir.

Les produits dérivés de la marijuana (huile, muffin, etc.) ne sont pas visés par la légalisation qui prendra effet le 1er juillet.

Québec interdira les publicités style de vie (comme le Marlboro man pour la cigarette). Seules les publicités informatives seront permises.

Dans les premières années, la SQC pourrait réaliser des ventes d’environ 500 M$, bien que ce chiffre demeure très approximatif. Québec pourrait ainsi aller chercher 40M$ par année en taxe d’accise et 60M$ en TVQ. Les profits seront réinvestis dans un fonds de prévention.

Environ 15 succursales de la SQC ouvriront leurs portes en juillet 2018. D’ici 2-3 ans, 150 succursales ouvriront au Québec. Les Québécois pourront toutefois se tourner vers la vente en ligne.

Aucun instrument de marketing ne sera permis dans la SQC. Les conseillers seront formés pour répondre aux questions, mais pas pour faire la promotion.

Ce qu’ils en pensent

« La [Société québécoise du cannabis] aura pour mission d’assurer la vente du cannabis dans une perspective de protection de la santé, afin d’intégrer les consommateurs au marché licite du cannabis et de les y maintenir sans favoriser la consommation de cannabis. »

— Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Santé publique

« D’ici deux ans [...], il pourrait y avoir jusqu’à 150 magasins de vente de cannabis. Écoutez, c’est plus que le nombre de restaurants St-Hubert qu’il y a dans toute la province de Québec. »

— Simon Jolin-Barrette, député de la Coalition avenir Québec

« J’accuse surtout le gouvernement fédéral de vouloir précipiter les choses, parce que là, on va avoir une loi et on va avoir énormément de difficulté à faire appliquer la loi. »

— Sylvain Pagé, député du Parti québécois

Dans la même catégorie