/finance/homepage

Été plus froid

Les profits d’Hydro-Québec baissent

Agence QMI

STOCKQMI-HYDRO-QUEBEC

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Le bénéfice net d’Hydro-Québec s'est établi à 288 millions $ au troisième trimestre, en baisse comparativement au trimestre correspondant de l’an dernier, en raison notamment des variations du taux de change et d’un été plus froid.

Pour la période de trois mois terminée le 30 septembre 2017, il s’agit d’une baisse d’environ 6 % des profits. L’an dernier, la société d’État avait rapporté des profits de 306 millions $, l’été ayant été plus chaud.

Hydro-Québec a annoncé un volume d’exportations similaire, de 9,6 térawattheures (TWh) pour 406 millions $ pour ce trimestre comparativement à 9,8 TWh pour 400 millions $ l’an dernier.

«Les frais financiers ont quant à eux augmenté de 10 millions $, principalement sous l’effet des variations du taux de change sur le fonds de roulement libellé en dollars américains», a fait savoir la société d’État.

Lise Croteau, vice-présidente exécutive et chef de la direction financière d'Hydro-Québec, a indiqué qu’il s’agit de «l'une de nos meilleures performances en termes d'exportations pour un troisième trimestre», et ce, même si «les températures estivales dans nos marchés du Nord-Est américain ont été beaucoup moins chaudes cette année qu'en 2016».

Sur la période de neuf mois terminée en septembre dernier, le bénéfice net s’est élevé à 2,190 milliards $, par rapport à 2,196 milliards $ en 2016.

Par ailleurs, l’entreprise a indiqué qu’elle a émis pour 500 millions $ d’obligations échéant en 2055, à un coût de 3,10 %, sur le marché canadien au cours du troisième trimestre.

«Les fonds recueillis ont servi à soutenir une partie du programme d’investissement et à refinancer des dettes arrivant à échéance», a-t-on fait savoir dans le rapport trimestriel.

De son côté, le président-directeur général de la société d’État, Éric Martel, a rappelé dans son bulletin trimestriel la récente inauguration de la centrale de la Romaine-3.

«En plus de nous aider à répondre aux besoins énergétiques du Québec pour les 100 prochaines années, elle nous permettra d’offrir une énergie fiable, propre et renouvelable à nos voisins américains, a-t-il affirmé. Elle contribuera ainsi à la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le nord-est des États-Unis.»

Dans la même catégorie