/finance/homepage

Hôtel 4 étoiles

Un voyage à Cuba rempli de mauvaises surprises

TVA Nouvelles

Des vacances à Varadero, à Cuba, se sont plutôt mal passées pour une femme de Saint-Sauveur...     

Marie-Thérèse Sévigny se plaint de ne pas avoir reçu la chambre d'hôtel correspondant à sa réservation. La chambre en question ne ressemblait pas du tout à ce que l'agent de voyage lui avait présenté.

La dame, habituée aux tout-inclus, a réservé son escapade dans le sud à la dernière minute, avec un départ le lendemain. Son séjour à l'hôtel Sun Sirenas Coral lui a coûté 580$.

«Quand on a levé les couvertes, on a vu que les taies d’oreillers n’étaient pas propres. Quand on a enlevé les taies, c’est là qu’on a vu que les oreillers étaient moisis, plein de bavures et de gouttes de sang», raconte Marie-Thérèse Sévigny, qui en était à son 16e voyage à Cuba.

«Les draps étaient sales, le plancher était sale, la salle de bain n’avait pas d’allure! Il n’y avait même pas d’eau», ajoute-t-elle. De plus, la chambre se trouvait dans un bâtiment en rénovation : des échafauds étaient bien visibles du balcon.

Après s’être plaint à la réception, on lui a proposé une chambre du même acabit. Après un refus de sa part, l’hôtel l’a finalement relocalisée dans un autre édifice près de la plage en la faisant toutefois payer ce surclassement d’environ 400$.

«C’est de la fausse représentation. Tout ce que je demande, c’est qu’on me rembourse le 399,94$», précise la dame.

Souvent réglé à l’amiable

Moscou Côté, de l’agence de voyage Constellation, qui a fait affaire Marie-Thérèse Sévigny, estime que celle-ci à raison «d’au moins envoyer une lettre».

Le grossiste de l’agence, Vacances Air Canada, mènera une enquête.

«Ils prennent quatre à six semaines. Ils vont savoir ce qui est arrivé, combien madame a payé, que les photos soient bel et bien de la chambre qu’on a donnée à madame Sévigny», précise Moscou Côté.

Selon lui, la plupart des différends du genre se règlent à l’amiable avec le grossiste.