/finance/homepage

Location de salles à l’extérieur de ses bureaux

Plus de 644 000 $ de frais de réunions de travail en 6 mois chez Hydro-Québec

Pierre Couture | Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Hydro-Québec loue de plus en plus de salles à l’extérieur de ses bureaux pour tenir des rencontres d’employés. Au cours des six premiers mois de 2017, la société d’État a dépensé plus de 644 000 $ en frais de réunions de travail de toutes sortes.

« Ça fait beaucoup de viennoiseries. Des centaines de milliers de dollars pour tenir des rencontres, c’est difficilement justifiable alors que l’entreprise ne manque pas d’espaces à bureaux », déplore le président de la Fédération canadienne des contribuables (FCC), Carl Vallée.

Selon des documents obtenus par la FCC via la Loi d’accès à l’information, ces frais de réunions de travail ont atteint 644 492 $ entre le 1er janvier et le 30 juin 2017.

Hydro-Québec soutient que les dépenses compilées comprennent notamment les frais de location de salle, d’équipements et de repas comme le café, le jus, les boîtes à lunch, les repas chauds et les viennoiseries.

Plus tôt cette année, Hydro-Québec a dit avoir tenu une importante rencontre au Palais des congrès de Montréal réunissant plusieurs milliers d’employés.

En 2016, Hydro-Québec affirme avoir dépensé 818 530 $ pour l’organisation de rencontres destinées à ses employés. En 2015, Hydro-Québec avait dépensé 815 924 $ à cet effet.

Des montants partiels

Hydro-Québec reconnaît que les montants compilés ne représentent que partiellement les dépenses liées à des rencontres tenues hors des bureaux de la société d’État.

« Nous ne détenons pas spécifiquement les frais de réunions entre les employés tenues à l’extérieur des bureaux d’Hydro-Québec. En effet, le lieu de réunion n’est pas une information qui doit obligatoirement être saisie dans nos systèmes comptables », précise la vice-présidente aux Affaires corporatives de la société d’État, Stella Leney.

La Fédération canadienne des contribuables soutient qu’« un changement de mentalité » doit s’opérer chez les employés et les gestionnaires d’Hydro-Québec.

« L’intérêt du contribuable québécois doit passer avant le confort et les avantages dont jouissent les employés de ce monopole d’État », a fait valoir M. Vallée.

Ce dernier croit qu’à ce rythme, Hydro-Québec fracassera facilement la barre du million de dollars pour la tenue de rencontres de travail.

Rencontres directes

Le porte-parole d’Hydro-Québec, Serge Abergel, précise que le changement de mentalité orchestré depuis quelques années par le président Éric Martel passe par l’organisation de rencontres directes avec les employés de la société d’État.

«Ces rencontres sont effectuées à l’intérieur de nos budgets. Lorsque c’est possible, nous les tenons dans nos locaux et si nos locaux n’ont pas la capacité, nous allons à l’extérieur», a-t-il fait savoir.

Frais de rencontres de travail chez Hydro-Québec

2013 : 842 175$

2014 : 960 097$

2015 : 815 924$

2016 : 818 530$

2017 : 644 492$*

*= après seulement six mois

Source : Hydro-Québec.

Dans la même catégorie