/regional/estduquebec/cotenord

Chômage

Manifestation pour dénoncer la prolongation du «trou noir»

André Normandeau | TVA Nouvelles

Une importante manifestation s'est déroulée vendredi midi à Forestville, sur la Côte-Nord, pour dénoncer le prolongement de la période du «trou noir», occasionné par le dernier taux de chômage.

Quelque 200 manifestants provenant de toute la région s'y sont donné rendez-vous. À cause de la dernière baisse du taux de chômage sur la Côte-Nord, les travailleurs saisonniers devront travailler au moins 665 heures pour toucher 15 semaines de prestations. Ce sont 70 heures de plus pour trois semaines de moins.

Certains travailleurs vivront un long trou noir, c'est-à-dire la période sans salaire s’étendant entre la fin des prestations et le retour au travail saisonnier, en avril ou en mai. D’autres ne pourront même pas se qualifier.

Les manifestants veulent que le gouvernement fédéral mette en place des mesures d’urgence pour les aider, dont 420 heures de travail pour 30 semaines de prestations rétroactives au premier août dernier.

Les députés de René-Lévesque et de Rimouski, Martin Ouellet et Harold LeBel, ont d’ailleurs soumis une motion à l’Assemblée nationale cette semaine, laquelle a été acceptée à l’unanimité.

Québec demandera à Ottawa de revoir sa façon de calculer les prestations de l’assurance-emploi pour aider les travailleurs saisonniers.

L’industrie saisonnière est le moteur de plusieurs municipalités sur la Côte-Nord, qui vivent de tourisme, de pêche et de la forêt. Quelque 6500 personnes ont un travail saisonnier dans la province et ils se retrouvent majoritairement dans l’Est-du-Québec et sur la Côte-Nord.

Dans la même catégorie