/news/law

Procès de la tragédie de Mégantic

Un expert explique pourquoi le train a déraillé

Jean-François Desbiens | TVA Nouvelles

La section d'aiguillage de la voie ferrée au centre-ville de Lac-Mégantic a subi un stress important, principalement en raison de la vitesse à laquelle le train y est arrivé (101 km/h).

C'est de cette façon que le témoin expert explique pourquoi le train a déraillé. Stephen Callaghan s'est rendu à la demande de la Sûreté du Québec sur les lieux de la tragédie le 11 juillet 2013. Sa tâche était d'assister les policiers dans leur enquête criminelle.

À la vue des citernes DOT-111 éventrées, il a mieux compris pourquoi les explosions avaient fait autant de ravages.

Dans plus de 25 enquêtes auxquelles il a participé quand il était au Bureau de la sécurité des transports du Canada, il avait été préalablement déterminé que les DOT-111 n'étaient pas adaptés pour le transport de matières dangereuses.

Dans son rapport, il a aussi consigné le fait que quatre des cinq locomotives qui tiraient le convoi de 73 wagons-citernes remplis de pétrole n'étaient pas conformes. Il a souligné un manque de rigueur dans l'entretien des locomotives.

Freinage d’urgence mal installé

Par ailleurs, M. Callaghan a expliqué que le dispositif de freinage d’urgence avait été mal installé sur la locomotive 5017.

Ainsi, quand les pompiers ont complété l’extinction de l’incendie sur la locomotive de tête et qu’ils ont fermé les disjoncteurs à bord, les freins d’urgence ne se sont pas activé.

Cela aurait normalement dû maintenir le convoi immobile à Nantes.

Sur les quatre autres locomotives, ce dispositif relié au système de veille automatique, avait été installé directement par le fabriquant.

La 5017 était plus âgée et ce dispositif avait été ajouté par des employés de la MMA.

La configuration des circuits électriques y était différente et le système de freinage d'urgence ne s'est pas déployé comme il aurait dû après l'intervention des sapeurs.

Selon les tests effectués sur les quatre autres locomotives par Stephen Callaghan, les freins d'urgence se seraient appliqués sur tout les wagons du convoi, si l'une ou l'autre d'entre-elles avaient été utilisée comme locomotive de tête.

Stephen Callaghan est le 27e témoin en poursuite au procès des trois ex-employés de la MMA accusés en lien avec la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic.

Thomas Harding, Richard Labrie et Jean Demaître sont accusés de négligence criminelle causant la mort de 47 personnes la nuit du 6 juillet 2013.

Dans la même catégorie