/regional/montreal/laurentides

Hausse de l'achalandage

Arrivée du REM : le stationnement de la gare de Deux-Montagnes sera encore plus bondé

Zacharie Goudreault

 - Agence QMI

GEN-STATIONNEMENT-DEUX-MONTAGNES

CÉDÉRICK CARON/24 HEURES/AGENCE QMI

Bien que l’arrivée d’un système léger sur rail puisse entraîner une hausse de l’achalandage à la gare de Deux-Montagnes, la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) ne prévoit pas d’y augmenter le nombre de places de stationnement.

Le Réseau électrique métropolitain (REM), dont les premières rames devraient entrer en fonction en 2020, prendra la place des trains de banlieue du Réseau de transport métropolitain (RTM) sur la ligne Deux-Montagnes. Selon les prévisions de la CDPQ, ce train embarquera des passagers aux cinq minutes à la gare de Deux-Montagnes et effectuera le trajet jusqu’à Montréal en moins de 35 minutes, soit un peu plus rapidement qu’à l’heure actuelle.

«Ça va faire augmenter la demande dans le stationnement», prévoit le professeur à l’Université de Montréal et spécialiste en transport urbain, Jean-Philippe Meloche.

La filiale CDPQ-Infra, qui chapeaute le projet évalué à 6 milliards $, envisage de conserver «sensiblement le même nombre» de cases de stationnement à la gare de Deux-Montagnes, a indiqué son directeur des relations avec les médias, Jean-Vincent Lacroix.

Afin de régler les problèmes de saturation du stationnement, la Caisse de dépôt compte «travailler avec les sociétés de transport» afin d’«arrimer les trajets d’autobus à la fréquence et aux départs du REM», a-t-il ajouté.

«Pas pour tout le monde»

L’autobus, «c’est utile pour certaines personnes, mais ça ne convient pas à tout le monde cette formule-là», a répliqué le député provincial de Deux-Montagnes, Benoit Charette, donnant l’exemple d’une famille qui doit faire un arrêt à la garderie avant d’aller prendre le train pour se rendre au travail.

Le député réclame le prolongement de la ligne de train de banlieue actuelle jusqu’à Saint-Eustache afin d’y construire une nouvelle gare, ce qui permettrait selon lui de réduire la saturation du stationnement de la gare de Deux-Montagnes.

Ce projet n’est toutefois «pas inclus» dans le REM, a noté Jean-Vincent Lacroix.

Dans la même catégorie