/news/law

Coupable de conduite dangereuse

Il n’a jamais ralenti avant de lui foncer dessus

Caroline Lepage | Agence QMI

Un homme a été reconnu coupable de conduite dangereuse après avoir gardé son pied sur l’accélérateur de sa Nissan modifiée alors qu’il dérapait sur la route 116 avant de percuter une voiture et de causer de multiples fractures à une automobilistes.

Le 17 juillet 2015 en soirée, Louis-Philippe Luneau, 23 ans, conduisait sa Nissan modifiée sur le rang Chicago, à Saint-Christophe d’Arthabaska. Il s’en allait faire la fête avec son passager, Alexis Laflamme.

À LIRE ÉGALEMENT

- Trois blessés graves dans une collision frontale

À l’intersection de la route 116, M. Luneau a fait son arrêt obligatoire. Il a ensuite accéléré pour tourner à gauche, même si des véhicules circulaient en sens inverse.

En pesant sur l’accélérateur, il a perdu le contrôle de sa voiture qui a fait plusieurs «s» sur la chaussée. Des marques sur 84 mètres sur le sol étaient visibles.

Pendant qu’il dérapait, M. Luneau n’a jamais ralenti.

«Ses nerfs ont pris le dessus», a rapporté le juge Rosaire Larouche, mercredi, au palais de justice de Victoriaville, qui l’a déclaré coupable de deux accusations de conduite dangereuse causant des lésions.

Selon lui, une personne raisonnable aurait attendu que les véhicules aient dépassé l’intersection avant de tourner sur la route 116.

Lors de son procès, l’homme de 23 ans a admis son manque de jugement. Il a expliqué qu’il se battait avec son volant durant le dérapage sans avoir conscience qu’il gardait son pied sur l’accélérateur. Sa Nissan modifiée a percuté de plein fouet le véhicule de Marie-Pierre Delisle.

L’alcool n’était pas en cause dans cette collision.

Séquelles graves

Le passager de l’accusé a subi une commotion cérébrale ainsi que diverses blessures. La conductrice happée a eu de multiples fractures aux cotes, sternum, bassin, etc. Elle s’est déplacée en fauteuil roulant pendant plus de six mois.

La femme de 32 ans a exprimé au tribunal mercredi l’enfer que lui a fait vivre cet accident. Elle a vécu un choc post-traumatique et doit prendre des médicaments, notamment pour calmer ses angoisses lorsqu’elle circule sur cette route, réputée pour être dangereuse. Encore aujourd’hui, ses douleurs l’empêchent de bien dormir, car elle trouve difficilement des positions confortables la nuit.

M. Luneau connaîtra sa peine le 31 janvier 2018. Ce dernier a reçu une contravention pour vitesse excessive, environ six semaines avant l’accident. À 17 ans, il s’était aussi fait retirer son permis pour conduite imprudente.

Dans la même catégorie