/finance/homepage

Conseil québécois du commerce de détail

La confiance des Québécois à un sommet en sept ans

Agence QMI

La confiance des Québécois à l'égard de leur situation économique n’a jamais été aussi haute en sept ans, a rapporté jeudi le Conseil québécois du commerce de détail (CQCD), en se basant sur l’indice de confiance établi par le Groupe Altus.

Cet indice atteint 104,6 après qu’Altus eut posé les cinq mêmes questions aux répondants, en s'intéressant à leur situation financière et à celle du Québec ainsi qu'au climat actuel pour effectuer des achats importants.

Le CQCD s’est réjoui jeudi que le coup de sonde «démontre qu’il y a davantage de Québécois qui sont optimistes envers l’économie par rapport aux pessimistes», a-t-on précisé, par communiqué.

Ainsi, au total et en hausse de 3% par rapport aux réponses d’il y a 12 mois, 89% des Québécois ont confiance que leur situation demeurera la même ou s’améliorera au cours des six prochains mois, ce qui se ventile respectivement à 68% et à 21%.

Quand on leur demande de regarder dans le rétroviseur, aussi loin que six mois en arrière, 86% des répondants estiment que leur situation financière est demeurée la même ou s’est améliorée.

En revanche, les 13% de gens qui se disent alarmés par leurs revenus et leurs dépenses ont indiqué que cette précarité pourrait encore se détériorer, 53% d’entre eux pointant du doigt le coût de la vie pour expliquer leur angoisse.

En un an, d’une saison automnale à l’autre, la confiance des Québécois à l’égard de la croissance économique au Québec s’est améliorée de 6%, atteignant 40%, dans une perspective de trois ans. L’an dernier, 42% des gens voyaient plutôt une récession se pointer le bout du nez au cours de la même période.

Ainsi, les deux tiers des Québécois optent pour une amélioration ou une stabilisation de la situation économique au Québec au cours des six prochains mois. Il s’agit d’une hausse de 4% par rapport à l’automne 2016.

La majorité des gens sondés croient que leurs revenus croîtront moins rapidement que les prix en général. En contrepartie, 30% entrevoient une hausse salariale équivalente à celle des prix, en hausse de 3% en un an.

Quarante-six pour cent des personnes disent qu’il est intéressant de se lancer dans des dépenses importantes, comme un véhicule, des électroménagers ou des meubles. Toujours selon le sondage, les Québécois comptent acquérir plus de biens mode ou d’articles de quincaillerie au cours de la prochaine année.

Enfin, à peine 4 % des Québécois disent vouloir acheter un condo neuf ou existant dans un horizon de trois ans, 87% optant plutôt pour une maison unifamiliale.

Dans la même catégorie