/regional/montreal/montreal

Envoi de peluches aux députés

Sainte-Justine refuse toujours son «regroupement forcé» avec le CHUM

Agence QMI

GRACIEUSETÉ, PIERRE GUILLAUME

Tous les députés de l’Assemblée nationale, et plus particulièrement le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, recevront au début de la semaine prochaine des peluches avec un message accroché au cou dénonçant le «regroupement forcé» du CHU Sainte-Justine et du CHUM, à Montréal.

En fin d’après-midi, jeudi, plus de 420 peluches «usagées et oubliées» étaient prêtes à être expédiées dans la Vieille-Capitale, où elles aboutiront sur les bureaux des élus.

Chacun des 125 députés de l'Assemblée nationale, tous partis confondus, doit recevoir une peluche, le restant devant être acheminé à Gaétan Barrette, celui qui a pris la décision de regrouper les directions du CHU Sainte-Justine et du CHUM en septembre 2015.

Des médecins, dentistes, pharmaciens, infirmières, infirmières auxiliaires ainsi que d’autres professionnels et membres du personnel du CHU Sainte-Justine ont pris part à cette initiative jeudi.

«L'action d'aujourd'hui montre l'étendue et la profondeur du mouvement au sein de la communauté du CHU Sainte-Justine et son refus de voir la haute direction de l'institution diluée. Elle survient au moment de l'année où les élus s'apprêtent à prendre la pause des Fêtes et leur rappelle que ce dossier n'est pas réglé», a dit la présidente du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens du CHU Sainte-Justine, Dre Valérie Lamarre.

«Le CHU Sainte-Justine a besoin de tous ses outils et leviers pour continuer de se développer comme le plus important centre de soins avancés mère-enfant au Canada, incluant une direction et un conseil d'administration entièrement dédiés à sa mission d'excellence», a-t-elle poursuivi.