/news/society

Naissances prématurées

Découverte prometteuse au CHU Sainte-Justine

TVA Nouvelles

Beaucoup de réactions à la suite de l'émission «J.E.» sur l'unité de néonatalogie de l'hôpital Sainte-Justine. Des chercheurs de l'établissement ont découvert un médicament qui pourrait faire diminuer considérablement le nombre de naissances prématurées.

Chaque année, environ 1000 enfants passent par l'unité des soins intensifs en néonatologie du CHU Sainte-Justine. De ce nombre, le trois quarts des petits patients sont nés prématurément. Les soigner est un défi quotidien pour les équipes de médecins, d'infirmières et de spécialistes.

Un pédiatre et chercheur au CHU Sainte-Justine croit avoir trouvé ce qui causerait la prématurité extrême (26 semaines et moins): une infection au niveau du placenta. Selon lui, un médicament, qui pourrait être sur le marché dans cinq ans, permettrait de réduire le nombre de naissances prématurées.

«L'inflammation chez la maman s'amplifie et est transmise chez le foetus. Le foetus succombe à cette inflammation qui s'amplifie à partir du placenta», de dire le Dr Sylvain Chemtob.

On espère pouvoir développer ce médicament au cours des prochaines années. Il faudra d'abord procéder à des essais cliniques, sur des animaux et ensuite sur des humains. Santé Canada doit évidemment approuver le tout.

Des chercheurs chinois, australiens et américains travaillent également en collaboration sur le projet avec le CHU Sainte-Justine.

Dans la même catégorie