/news/currentevents

Incendie mortel à Saint-Théodore-d’Acton

Un geste héroïque au cœur du drame

Éric Beaupré | Agence QMI

Sans la rapidité de deux bons samaritains, la tragédie de Saint-Théodore-d’Acton aurait pu être bien pire.

L’un d’eux, Dave Tétreault, 34 ans, parlait au téléphone près de la fenêtre de son logement vendredi matin. C’est le seul endroit où il a un meilleur signal cellulaire dans sa résidence.

À LIRE ÉGALEMENT

- Un père meurt en tentant de sauver son fils de 6 ans dans un incendie

Il a alors vu de la fumée sortir de la fenêtre du deuxième étage de la maison d’en face.

«Je distinguais une petite silhouette, la tête sortie par la fenêtre, à travers la fumée. Le jeune enfant agitait les bras et il n’avait pas de chandail. Je n’ai fait ni une ni deux. J’ai enfilé mes bottes, j’ai ramassé mon échelle d’une main pour me diriger à la course vers la maison en face», a-t-il raconté vendredi, alors qu’il était toujours sous le choc.

Il a déposé son échelle près de la fenêtre et l’enfant de 8 ans l’a agrippé et a descendu.

«Le petit criait: “Mon frère, mon père, je ne veux pas qu’ils meurent”», raconte-t-il.

 

Autres occupants

Après avoir sauvé le garçon de 8 ans M. Tétreault a tenté d’entrer à l’intérieur de la demeure en flammes pour sauver les autres occupants, en vain.

«Je suis entré par la porte avant, mais la chaleur et la fumée envahissaient tout le premier étage. C’était irrespirable. Alors j’ai essayé en rampant, mais je suffoquais. C’était peine perdue, car personne ne répondait. Je suis ressorti à bout de souffle en rampant, après avoir tout tenté», explique-t-il.

Le héros du jour a ensuite fait le tour de la résidence afin d’essayer d’entrer par la porte arrière. Les pompiers sont arrivés à ce moment.

«Les pompiers sont entrés rapidement pour y trouver le petit frère et ensuite le père», a-t-il confirmé, la voix nouée par l’émotion.

M. Tétreault connaissait bien les deux garçons puisque les trois enfants de sa conjointe s’amusaient souvent avec eux.

«Ils jouaient surtout avec notre grande de 10 ans. Nous sommes voisins. Ça va être difficile à quelques jours de Noël de leur expliquer qu’ils ont perdu un ami», a soufflé M. Tétreault.

Dans la même catégorie