/news/politics

À moins d’un an des prochaines élections

Bernier et Drolet en réflexion sur leur avenir

Marc-André Gagnon | Agence QMI 

Simon Clark/Agence QMI

À moins d’un an des prochaines élections, deux députés libéraux de la région de Québec, les vétérans Raymond Bernier et André Drolet, songent à la possibilité de ne pas solliciter un autre mandat, a appris notre Bureau parlementaire.

«Je suis en réflexion. En octobre 2018, ça va faire 10 ans [que je suis en politique]», a confié le député libéral André Drolet, qui représente les électeurs de Jean-Lesage depuis 2008.

S’il envisage la possibilité de ne pas se présenter aux prochaines élections générales, ce n’est pas faute de passion pour le travail de député. « Je suis encore très passionné », a-t-il assuré.

Âgé de 63 ans, M. Drolet parle avec fierté de son bilan dans Jean-Lesage, et avec enthousiasme de ce qui reste à venir : le prolongement vers l’est de la promenade Samuel-de-Champlain, la transformation de la grange de pierre du domaine de Maizerets. Celui qui a vécu de près les belles années des Nordiques, à l’époque où il travaillait pour la brasserie O’Keefe, espère toujours le retour d’une équipe de la Ligue nationale de hockey au Centre Vidéotron, ce qui aurait des retombées importantes dans sa circonscription.

Tourner la page après O’Keefe et Alex Coulombe n’a pas «fait trop mal», mais envisager son retrait de la vie politique est quelque chose «d’extrêmement difficile» et «déchirant», a-t-il raconté.

Reste que la vie politique n’est pas toujours facile, a-t-il reconnu, même s’il affirme que les «pour» sont plus nombreux que les «contre».

«On subit des situations qui ne nous appartiennent pas en tant qu’individu. [...] C’est dur pour la famille, pour nos enfants, pour mes petits-enfants, pour l’équipe aussi», a souligné M. Drolet, qui ne se fixe pas de date butoir pour prendre sa décision.

Les Fêtes pour y penser

Ce n’est pas le cas de son collègue de Montmorency, Raymond Bernier, qui a travaillé fort, mais en vain, pour conserver l’ancienne circonscription de Sam Hamad lors de l’élection partielle du 2 octobre dernier, à titre de député parrain.

«En ce qui me concerne, on va évaluer les possibilités pendant la période des Fêtes», a signalé M. Bernier, qui a célébré ses 65 ans le 6 novembre dernier.

Il s’agit d’une «grosse réflexion» pour celui qui a été élu pour la première fois en 2003, battu en 2007 par l’ADQ, réélu en 2008, battu par la CAQ en 2012, puis réélu en 2014.

«Ça fait 12 ans déjà que je suis député. [...] Il y aura peut-être aussi d’autres opportunités ailleurs», a dit M. Bernier.

Quel genre d’opportunité ? «De la politique, mais à un autre niveau», a-t-il laissé planer.