/news/currentevents

Meurtres de Tourelle

Convaincue de connaître les meurtriers de ses parents, elle dévoile tout dans un livre

TVA Nouvelles

Il y a plus de 22 ans à Sainte-Anne-des-Monts, en Gaspésie, un couple sans histoire, Victorien Vallée et Claudette Servant ont été retrouvés assassinés. Disparus en mai 1995 de leur résidence, ils ont été retrouvés un mois plus tard, en juin.

Le crime odieux qui a bouleversé toute une région, mais surtout les enfants et les proches, n’a toujours pas été résolu.

Aujourd’hui Johanne Vallée, l’une de leurs filles, publie un livre sur le meurtre de ses parents, «Ma vie, mon enfer», dans lequel elle cible directement ceux qui ont tué ses parents, qu’elle dit très bien connaître.

Elle raconte à quel point les meurtres ont bouleversé sa vie, mais également détruit le noyau familial. Elle décrit également avoir tenté de faire sa propre enquête.

«J’ai essayé de faire des recherches, plein de choses, mais à un moment donné j’ai eu peur pour ma vie. Je ne pouvais plus vivre dans ce petit village-là. C’est pour ça que j’ai déménagé à Rimouski pour me faire une nouvelle vie», raconte-t-elle en entrevue à l’émission le 9 Heures.

Elle précise que les auteurs des meurtres menaient leur vie comme si rien ne s’était passé.

«Ce ne sont pas ces gens qui sont allés en prison, mais moi et ma sœur, nous sommes en prison depuis les 22 dernières années. Je me suis dit à un moment donné que c’était assez».

Elle se dit convaincue que les auteurs des meurtres vont se reconnaître s’ils lisent son livre.

Elle ne craint pas de se faire poursuivre, puisque les noms ont été changés. Néanmoins, elle se dit prête à faire face à toute attaque judiciaire.

«Je les attends, je suis prête à ça, j’ai un avocat», dit-elle confiante.

Motif des crimes

Pour Mme Vallée, difficile d’établir un mobile pour les meurtres de ses parents. Si au début de l’enquête, plusieurs croyaient qu’il s’agissait d’une question d’argent, elle va plus loin.

«Aujourd’hui je crois que le mobile, c’est la rage. Quand on déteste tellement une personne, on est prêt à tout faire pour s’en débarrasser», croit-elle.  

Elle ne fait plus confiance aux policiers, et est convaincue qu’ils ne veulent pas la soutenir.

 «Ile ne veulent pas nous aider, avant même de chercher à savoir ce qu’on veut leur dire, ils ne veulent pas le savoir (...) J’ai besoin d’avoir une personne sûre et fiable pour m’aider».

Elle affirme détenir de nouvelles informations qui permettraient de condamner les responsables.

Un livre pour guérir

Néanmoins, le livre aura eu un effet thérapeutique pour la dame marquée au fer rouge par la perte violente de ses parents.

«Ça m’a défoulée, ça m’a libérée à 100%.Quand j’étais plus jeune, je n’étais plus capable d’entendre parler de mes parents parce que ça me faisait trop de peine. C’est comme si c’était resté gravé dans mon cerveau», décrit la dame.

«Mon but ce n’est pas de chercher ce qu’il y avait autour de l’histoire. Je veux savoir qui a assassiné mon père de sang-froid dans la maison. Ma mère a été assassinée plus tard», conclut Mme Vallée.