/news/law

Trafic de drogue au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Projet NOCIF: plusieurs petits procès en vue

Serge Lemieux | Agence QMI

C’est au compte-gouttes qu’une partie des coaccusés du Projet NOCIF peuvent reprendre leur liberté en attente de procès pour complot, trafic et possession de drogue dans le but d’en faire le trafic au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Les 22 coaccusés subiront des procès selon leur degré d’implication et leur complicité pour faciliter l’administration de la justice.

Lundi, quatre présumés revendeurs, Tommy Lessard-Vaillancourt, 28 ans, et Jean-Denis Fortin-Desgagné, tous deux d’Hébertville, ainsi que Francis Côté, de Shipshaw, et Stéphane Sinnett, 52 ans, de Mirabel, ont été remis en liberté avec des cautions en argent de 2000 $ à 10 000 $. Ils devront rentrer à la maison chaque soir à 20 h, rester à l’écart des bars et s’isoler d’une vingtaine de coaccusés et suspects.

Ils n’ont pas droit, non plus, au cellulaire, sauf à des fins de travail s’ils en fournissent toutes les données à l’Escouade régionale mixte (ERM) qui a procédé à leur arrestation la semaine dernière.

Québec

Le procureur aux poursuites criminelles et pénales, Me Jean-Simon Larouche, a précisé en rencontre de presse que le groupe de 22 accusés du Projet NOCIF a été scindé en six unités pour éviter un seul procès de grande envergure et faciliter l’administration de la justice.

Ainsi, un groupe de sept accusés qui auraient participé au trafic entre Québec et la région sont dirigés au palais de justice de Québec, soit Pierre Beauchesne, Gilles Leclerc-Rioux, Marie-France et Martin Desrochers ainsi que Bruno Lupien et Jimmy Côté, de Larouche. Tous sont tous détenus préventivement, à l’exception de la femme et de Leclerc-Rioux.

Au Saguenay, cinq procès de quatre accusés maximum sont envisagés par la Couronne. Tous les accusés sont convoqués le 30 janvier prochain pour la suite des procédures.

Contestation

Quelques accusés que la Couronne refuse de remettre en liberté pourront dès cette semaine s’adresser à un juge de la Cour du Québec pour tenter d’infirmer cette décision.

Parmi eux figurent Gabriel Girard, 41 ans, du chemin des Ruisseaux à Saint-Honoré, et Maxime Martel, 34 ans, du 3e Chemin Ouest à Métabetchouan-Lac-à-La-Croix, deux grosses pointures, selon des sources policières.

Par ailleurs, aucune accusation n’a été déposée contre les Hells Angels Bernard «Ben» Plourde et Jean-François «Frank» Bergeron, avec qui aucun accusé n’a le droit de communiquer.

Dans la même catégorie