/regional/estduquebec/basstlaurent

Rivière-du-Loup

Atteinte de lissencéphalie sévère, Anaïs se porte bien

Marie-Pierre Beaubien | TVA Nouvelles

La petite Anaïs, une fillette de Rivière-du-Loup atteinte de lissencéphalie sévère, se porte bien quatre mois après sa naissance.

L’histoire de sa mère avait beaucoup fait réagir en juillet dernier lorsque ses médecins lui avaient proposé d’interrompre sa grossesse après 35 semaines.

À LIRE ÉGALEMENT

- Une mère demande de rendre obligatoire l'échographie de 3e trimestre

Une troisième échographie avait en effet permis de diagnostiquer une lissencéphalie sévère chez l’enfant.

Jovette Levasseur avait plutôt décidé de donner naissance à son bébé.

«Ça va super bien avec elle. Pour l’instant, son développement est normal. Elle fait comme mes autres enfants. La seule chose qui a changé, selon l’électroencéphalogramme au CHU, elle fait de l’épilepsie. Mais, elle n’a pas fait de convulsion», explique la maman d’Anaïs.

La lissencéphalie sévère est une malformation cérébrale qui touche un enfant sur 100 000.

Le cerveau apparaît lisse sur l’imagerie, on ne voit pas les sillons, ces petites fissures qui définissent le cortex cérébral.

«Elle se tient assise. Ce qu’elle ne devrait pas faire en temps normal. Elle fait des sourires, elle a de l’interaction. La pédiatre est restée très surprise. Elle a dit que c’était "tellement beau" à voir parce qu’on ne s’attendait pas à ça», raconte Mme Levasseur.

Les médecins ne savent cependant pas si elle accusera un retard moteur ou intellectuel.

«On ne sait pas si elle va être capable de marcher. Pour parler non plus, on ne sait pas. Pour l’instant, elle fait du babillage», précise la mère de famille.

La bonne nouvelle, c’est que le poupon a été diagnostiqué tôt et bénéficie d’un suivi médical serré.

Anaïs reçoit d’ailleurs déjà la médication nécessaire pour son épilepsie.

«Nous vivons une journée à la fois parce qu’on ne sait pas ce qu’il peut arriver. On sait que les infections peuvent beaucoup déranger s’il manque de tonus, mais ce n’est pas son cas pour l’instant. Puis, elle mange bien aussi parce qu’ils nous avaient dit qu’elle pourrait avoir des problèmes pour manger», souligne la femme de Rivière-du-Loup.

Les parents sont prêts à tout. Mais surtout, ils profitent de chaque moment en famille.